<-
Apache > Serveur HTTP > Documentation > Version 2.5 > Documentations diverses

Amélioration des performances

Langues Disponibles:  en  |  es  |  fr 

Il est dit dans la documentation d'Apache 1.3 à propos de l'amélioration des performances :

"Apache est un serveur web à vocation générale, conçu pour être non seulement efficace mais aussi rapide. Dans sa configuration de base, ses performances sont déjà relativement satisfaisantes. La plupart des sites possèdent une bande passante en sortie inférieure à 10 Mbits que le serveur Apache peut mettre pleinement à profit en utilisant un serveur à base de processeur Pentium bas de gamme."

Cette phrase ayant été écrite il y a plusieurs années, entre temps de nombreuses choses ont changé. D'une part, les serveurs sont devenus beaucoup plus rapides. D'autre part, de nombreux sites se voient maintenant allouée une bande passante en sortie bien supérieure à 10 Mbits. En outre, les applications web sont devenues beaucoup plus complexes. Les sites classiques ne proposant que des pages du style brochure sont toujours présents, mais le web a souvent évolué vers une plateforme exécutant des traitements, et les webmasters peuvent maintenant mettre en ligne des contenus dynamiques en Perl, PHP ou Java, qui exigent un niveau de performances bien supérieur.

C'est pourquoi en dépit des progrès en matière de bandes passantes allouées et de rapidité des serveurs, les performances des serveurs web et des applications web sont toujours un sujet d'actualité. C'est dans ce cadre que cette documentation s'attache à présenter de nombreux points concernant les performances des serveurs web.

Voir aussi

top

Ce qui sera abordé et ce qui ne le sera pas

Ce document se concentre sur l'amélioration des performances via des options facilement accessibles, ainsi que sur les outils de monitoring. Les outils de monitoring vous permettront de surveiller le fonctionnement de votre serveur web afin de rassembler des informations à propos de ses performances et des éventuels problèmes qui s'y rapportent. Nous supposerons que votre budget n'est pas illimité ; c'est pourquoi les améliorations apportées le seront sans modifier l'infrastructure matérielle existante. Vous ne souhaitez probablement pas compiler vous-même votre serveur Apache, ni recompiler le noyau de votre système d'exploitation ; nous supposerons cependant que vous possédez quelques notions à propos du fichier de configuration du serveur HTTP Apache.

top

Monitoring de votre serveur

Si vous envisagez de redimensionner ou d'améliorer les performances de votre serveur, vous devez tout d'abord observer la manière dont il fonctionne. En observant son fonctionnement en conditions réelles ou sous une charge créée artificiellement, vous serez en mesure d'extrapoler son fonctionnement sous une charge accrue, par exemple dans le cas où il serait mentionné sur Slashdot.

Outils de monitoring

top

L'outil top est fourni avec Linux et FreeBSD. Solaris quant à lui, fournit prstat(1). Cet outil permet de rassembler de nombreuses données statistiques à propos du système et de chaque processus en cours d'exécution avant de les afficher de manière interactive sur votre terminal. Les données affichées sont rafraîchies toutes les secondes et varient en fonction de la plateforme, mais elles comportent en général la charge moyenne du système, le nombre de processus et leur état courant, le pourcentage de temps CPU(s) passé à exécuter le code système et utilisateur, et l'état de la mémoire virtuelle système. Les données affichées pour chaque processus sont en général configurables et comprennent le nom et l'identifiant du processus, sa priorité et la valeur définie par nice, l'empreinte mémoire, et le pourcentage d'utilisation CPU. L'exemple suivant montre plusieurs processus httpd (avec les MPM worker et event) s'exécutant sur un système Linux (Xen) :

top - 23:10:58 up 71 days,  6:14,  4 users,  load average: 0.25, 0.53, 0.47
Tasks: 163 total,   1 running, 162 sleeping,   0 stopped,   0 zombie
Cpu(s): 11.6%us,  0.7%sy,  0.0%ni, 87.3%id,  0.4%wa,  0.0%hi,  0.0%si,  0.0%st
Mem:   2621656k total,  2178684k used,   442972k free,   100500k buffers
Swap:  4194296k total,   860584k used,  3333712k free,  1157552k cached

  PID USER      PR  NI  VIRT  RES  SHR S %CPU %MEM    TIME+  COMMAND
16687 example_  20   0 1200m 547m 179m S   45 21.4   1:09.59 httpd-worker
15195 www       20   0  441m  33m 2468 S    0  1.3   0:41.41 httpd-worker
    1 root      20   0 10312  328  308 S    0  0.0   0:33.17 init
    2 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.00 kthreadd
    3 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.14 migration/0
    4 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:04.58 ksoftirqd/0
    5 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   4:45.89 watchdog/0
    6 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   1:42.52 events/0
    7 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.00 khelper
   19 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.00 xenwatch
   20 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.00 xenbus
   28 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.14 migration/1
   29 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.20 ksoftirqd/1
   30 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:05.96 watchdog/1
   31 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   1:18.35 events/1
   32 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.08 migration/2
   33 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.18 ksoftirqd/2
   34 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:06.00 watchdog/2
   35 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   1:08.39 events/2
   36 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.10 migration/3
   37 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.16 ksoftirqd/3
   38 root      RT  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:06.08 watchdog/3
   39 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   1:22.81 events/3
   68 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:06.28 kblockd/0
   69 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.04 kblockd/1
   70 root      15  -5     0    0    0 S    0  0.0   0:00.04 kblockd/2

Top est un merveilleux outil, même s'il est relativement gourmand en ressources (lorsqu'il s'exécute, son propre processus se trouve en général dans le top dix des consommations CPU). Il est indispensable pour déterminer la taille d'un processus en cours d'exécution, information précieuse lorsque vous voudrez déterminer combien de processus httpd vous pourrez exécuter sur votre machine. La méthode pour effectuer ce calcul est décrite ici : calculer MaxClients. Top est cependant un outil interactif, et l'exécuter de manière continu présente peu ou pas d'avantage.

free

Cette commande n'est disponible que sous Linux. Elle indique la mémoire vive et l'espace de swap utilisés. Linux alloue la mémoire inutilisée en tant que cache du système de fichiers. La commande free montre l'utilisation de la mémoire avec et sans ce cache. On peut utiliser la commande free pour déterminer la quantité de mémoire utilisée par le système, comme décrit dans le paragraphe calculer MaxClients. L'affichage de la sortie de la commande free ressemble à ceci :

sctemme@brutus:~$ free
              total       used     free   shared    buffers    cached
Mem:        4026028    3901892   124136         0    253144    841044
-/+ buffers/cache:     2807704  1218324
Swap:       3903784      12540  3891244

vmstat

Cette commande est disponible sur de nombreuses plateformes de style Unix. Elle affiche un grand nombre de données système. Lancée sans argument, elle affiche une ligne d'état pour l'instant actuel. Lorsqu'on lui ajoute un chiffre, la ligne d'état actuelle est ajoutée à intervalles réguliers à l'affichage existant. Par exemple, la commande vmstat 5 ajoute la ligne d'état actuelle toutes les 5 secondes. La commande vmstat affiche la quantité de mémoire virtuelle utilisée, la quantité de mémoire échangée avec l'espace de swap en entrée et en sortie à chaque seconde, le nombre de processus actuellement en cours d'exécution ou inactifs, le nombre d'interruptions et de changements de contexte par seconde, et le pourcentage d'utilisation du CPU.

Voici la sortie de la commande vmstat pour un serveur inactif :

[sctemme@GayDeceiver sctemme]$ vmstat 5 3
   procs                      memory     swap         io    system        cpu
 r b w     swpd   free   buff cache si so       bi    bo in     cs us  sy id
 0 0 0        0 186252   6688 37516    0    0   12     5 47    311  0   1 99
 0 0 0        0 186244   6696 37516    0    0    0    16 41    314  0   0 100
 0 0 0        0 186236   6704 37516    0    0    0     9 44    314  0   0 100

Et voici cette même sortie pour un serveur en charge de cent connexions simultanées pour du contenu statique :

[sctemme@GayDeceiver sctemme]$ vmstat 5 3
   procs                      memory     swap    io      system       cpu
 r b w     swpd   free   buff cache si so     bi bo   in     cs us sy  id
 1 0 1        0 162580   6848 40056    0    0 11  5 150     324  1  1  98
 6 0 1        0 163280   6856 40248    0    0  0 66 6384 1117   42 25  32
11 0 0        0 162780   6864 40436    0    0  0 61 6309 1165   33 28  40

La première ligne indique des valeurs moyennes depuis le dernier redémarrage. Les lignes suivantes donnent des informations d'état à intervalles de 5 secondes. Le second argument demande à vmstat de générer 3 lignes d'état, puis de s'arrêter.

Boîte à outils SE

La boîte à outils SE est une solution de supervision pour Solaris. Son langage de programmation est basé sur le préprocesseur C et est fourni avec de nombreux exemples de scripts. Les informations fournies peuvent être exploitées en mode console ou en mode graphique. Cette boîte à outils peut aussi être programmée pour appliquer des règles aux données système. Avec l'exemple de script de la Figure 2, Zoom.se, des voyants verts, oranges ou rouges s'allument lorsque certaines valeurs du système dépassent un seuil spécifié. Un autre script fourni, Virtual Adrian, permet d'affiner les performances en tenant compte de ces valeurs.

Depuis sa création, de nombreux propriétaires se sont succédés à la tête de la boîte à outils SE, et elle a de ce fait largement évolué. Il semble qu'elle ait maintenant trouvé sa place chez Sunfreeware.com d'où elle peut être téléchargée gratuitement. Il n'y a qu'un seul paquet pour Solaris 8, 9 et 10 sur SPARC et x86, et il inclut le code source. Le concepteur de la boîte à outils SE, Richard Pettit, a fondé une nouvelle sociéte, Captive Metrics4, et a l'intention de mettre sur le marché un outil de supervision multiplateforme en Java basé sur les mêmes principes que la boîte à outils SE.

DTrace

Etant donné que DTrace est disponible sous Solaris, FreeBSD et OS X, il serait intéressant de l'étudier. Il y a aussi le module mod_dtrace pour httpd.

mod_status

Le module mod_status donne un aperçu des performances du serveur à un instant donné. Il génère une page HTML comportant, entre autres, le nombre de processus Apache en cours d'exécution avec la quantité de données qu'ils ont servies, ainsi que la charge CPU induite par httpd et le reste du système. L'Apache Software Foundation utilise elle-même mod_status pour son propre site web. Si vous ajoutez une directive ExtendedStatus On à votre fichier httpd.conf, la page de mod_status vous fournira d'avantage d'informations, au prix d'une consommation de ressources légèrement supérieure par requête.

Les journaux du serveur web

Le moyen le plus efficace pour vérifier la bonne santé et le niveau de performance de votre serveur consiste à surveiller et analyser les journaux écrits par httpd. La surveillance du journal des erreurs vous permet de déterminer les sources d'erreurs, de détecter des attaques ou des problèmes de performance. L'analyse du journal des accès vous indique le niveau de charge de votre serveur, quelles sont les ressources les plus populaires, ainsi que la provenance de vos utilisateurs. Une analyse historique des données de journalisation peut vous fournir des informations précieuses quant aux tendances d'utilisation de votre serveur au cours du temps, ce qui vous permet de prévoir les périodes où les besoins en performance risquent de dépasser les capacités du serveur.

Journal des erreurs

Le journal des erreurs peut indiquer que le nombre maximum de processus actifs ou de fichiers ouverts simultanément a été atteint. Le journal des erreurs signele aussi le lancement de processus supplémentaires selon un taux supérieur à la normale en réponse à une augmentation soudaine de la charge. Lorsque le serveur démarre, le descripteur de fichier stderr est redirigé vers le journal des erreurs, si bien que toute erreur rencontrée par httpd après avoir ouvert ses fichiers journaux apparaîtra dans ce journal. Consulter fréquemment le journal des erreurs est donc une bonne habitude.

Lorsque Apache httpd n'a pas encore ouvert ses fichiers journaux, tout message d'erreur sera envoyé vers la sortie d'erreur standard stderr. Si vous démarrez httpd manuellement, ces messages d'erreur apparaîtront sur votre terminal, et vous pourrez les utiliser directement pour résoudre les problèmes de votre serveur. Si httpd est lancé via un script de démarrage, la destination de ces messages d'erreur dépend de leur conception. /var/log/messages est alors le premier fichier à consulter. Sous Windows, ces messages d'erreur précoces sont écrits dans le journal des évènements des applications, qui peut être visualisé via l'observateur d'évènements dans les outils d'administration.

Le journal des erreurs est configuré via les directives de configuration ErrorLog et LogLevel. Le journal des erreurs de la configuration du serveur principal de httpd reçoit les messages d'erreur concernant l'ensemble du serveur : démarrage, arrêt, crashes, lancement de processus supplémentaires excessif, etc... La directive ErrorLog peut aussi être utilisée dans les blocs de configuration des serveurs virtuels. Le journal des erreurs d'un serveur virtuel ne reçoit que les messages d'erreur spécifiques à ce serveur virtuel, comme les erreurs d'authentification et les erreurs du style 'File not Found'.

Dans le cas d'un serveur accessible depuis Internet, attendez-vous à voir de nombreuses tentatives d'exploitation et attaques de vers dans le journal des erreurs. La plupart d'entre elles ciblent des serveurs autres qu'Apache, mais dans l'état actuel des choses, les scripts se contentent d'envoyer leurs attaques vers tout port ouvert, sans tenir compte du serveur web effectivement en cours d'exécution ou du type des applications installées. Vous pouvez bloquer ces tentatives d'attaque en utilisant un pare-feu ou le module mod_security, mais ceci dépasse la portée de cette discussion.

La directive LogLevel permet de définir le niveau de détail des messages enregistrés dans les journaux. Il existe huit niveaux de journalisation :

Niveau

Description

emerg

Urgence - le système est inutilisable.

alert

Une action doit être entreprise immédiatement.

crit

Situations critiques.

error

Situations d'erreur.

warn

Situations provoquant un avertissement.

notice

Evènement normal, mais important.

info

Informations.

debug

Messages de débogage.

Le niveau de journalisation par défaut est warn. Un serveur en production ne doit pas s'exécuter en mode debug, mais augmenter le niveau de détail dans le journal des erreurs peut s'avérer utile pour résoudre certains problèmes. A partir de la version 2.3.8, la directive LogLevel peut être définie au niveau de chaque module :

LogLevel debug mod_ssl:warn

Dans cet exemple, l'ensemble du serveur est en mode debug, sauf le module mod_ssl qui a tendance à être très bavard.

Journal des accès

Apache httpd garde la trace de toutes les requêtes qu'il reçoit dans son journal des accès. En plus de l'heure et de la nature d'une requête, httpd peut enregistrer l'adresse IP du client, la date et l'heure de la requête, le résultat et quantité d'autres informations. Les différents formats de journaux sont documentés dans le manuel. Le fichier concerne par défaut le serveur principal, mais il peut être configuré pour chaque serveur virtuel via les directives de configuration TransferLog ou CustomLog.

De nombreux programmes libres ou commerciaux permettent d'analyser les journaux d'accès. Analog et Webalyser sont des programmes d'analyse libres parmi les plus populaires. L'analyse des journaux doit s'effectuer hors ligne afin de ne pas surcharger le serveur web avec le traitement des fichiers journaux. La plupart des programmes d'analyse des journaux sont compatibles avec le format de journal "Common". Voici une description des différents champs présents dans une entrée du journal :

195.54.228.42 - - [24/Mar/2007:23:05:11 -0400] "GET /sander/feed/ HTTP/1.1" 200 9747
64.34.165.214 - - [24/Mar/2007:23:10:11 -0400] "GET /sander/feed/atom HTTP/1.1" 200 9068
60.28.164.72 - - [24/Mar/2007:23:11:41 -0400] "GET / HTTP/1.0" 200 618
85.140.155.56 - - [24/Mar/2007:23:14:12 -0400] "GET /sander/2006/09/27/44/ HTTP/1.1" 200 14172
85.140.155.56 - - [24/Mar/2007:23:14:15 -0400] "GET /sander/2006/09/21/gore-tax-pollution/ HTTP/1.1" 200 15147
74.6.72.187 - - [24/Mar/2007:23:18:11 -0400] "GET /sander/2006/09/27/44/ HTTP/1.0" 200 14172
74.6.72.229 - - [24/Mar/2007:23:24:22 -0400] "GET /sander/2006/11/21/os-java/ HTTP/1.0" 200 13457

Champ

Contenu

Explication

Adresse IP client

195.54.228.42

Adresse IP d'où provient la requête

Identité RFC 1413

-

Identité de l'utilisateur distant renvoyée par son démon identd

Nom utilisateur

-

Nom de l'utilisateur distant issu de l'authentification Apache

Horodatage

[24/Mar/2007:23:05:11 -0400]

Date et heure de la requête

Requête

"GET /sander/feed/ HTTP/1.1"

La requête proprement dite

Code d'état

200

Code d'état renvoyé avec la réponse

Contenu en octets

9747

Total des octets transférés sans les en-têtes

Rotation des fichiers journaux

Il y a de nombreuses raisons pour mettre en oeuvre la rotation des fichiers journaux. Même si pratiquement plus aucun système d'exploitation n'impose une limite de taille pour les fichiers de deux GigaOctets, avec le temps, les fichiers journaux deviennent trop gros pour pouvoir être traités. En outre, toute analyse de journal ne doit pas être effectuée sur un fichier dans lequel le serveur est en train d'écrire. Une rotation périodique des fichiers journaux permet de faciliter leur analyse, et de se faire une idée plus précise des habitudes d'utilisation.

Sur les systèmes unix, vous pouvez simplement effectuer cette rotation en changeant le nom du fichier journal via la commande mv. Le serveur continuera à écrire dans le fichier ouvert même s'il a changé de nom. Lorsque vous enverrez un signal de redémarrage "Graceful" au serveur, il ouvrira un nouveau fichier journal avec le nom configuré par défaut. Par exemple, vous pouvez écrire un script de ce style pour cron :

APACHE=/usr/local/apache2
HTTPD=$APACHE/bin/httpd
mv $APACHE/logs/access_log $APACHE/logarchive/access_log-`date +%F`
$HTTPD -k graceful

Cette approche fonctionne aussi sous Windows, mais avec moins de souplesse. Alors que le processus httpd de votre serveur sous Windows continuera à écrire dans le fichier journal une fois ce dernier renommé, le service Windows qui exécute Apache n'est pas en mesure d'effectuer un redémarrage graceful. Sous Windows, le redémarrage d'un service consiste simplement à l'arrêter et à le démarrer à nouveau, alors qu'avec un redémarrage graceful, les processus enfants terminent le traitement des requêtes en cours avant de s'arrêter, et le serveur httpd est alors immédiatement à nouveau disponible pour traiter les nouvelles requêtes. Sous Windows, le processus d'arrêt/redémarrage du service interrompt les traitements de requêtes en cours, et le serveur demeure indisponible jusqu'à ce qu'il ait terminé son redémarrage. Vous devez donc tenir compte de toutes ces contraintes lorsque vous planifiez un redémarrage.

Une seconde approche consiste à utiliser la redirection des logs. Les directives CustomLog, TransferLog ou ErrorLog permettent de rediriger les données de journalisation vers tout programme via le caractère pipe (|) comme dans cet exemple :

CustomLog "|/usr/local/apache2/bin/rotatelogs /var/log/access_log 86400" common

Le programme cible de la redirection recevra alors les données de journalisation d'Apache sur son entrée standard stdin, et pourra en faire ce qu'il voudra. Le programme rotatelogs fourni avec Apache effectue une rotation des journaux de manière transparente en fonction du temps ou de la quantité de données écrites, et archive l'ancien fichier journal en ajoutant un suffixe d'horodatage à son nom. Cependant, si cette méthode fonctionne de manière satisfaisante sur les plateformes de style unix, il n'en est pas de même sous Windows.

Journalisation et performances

L'écriture d'entrées dans les fichiers journaux est consommatrice de ressources, mais l'importance de ces données est telle qu'il est fortement déconseillé de désactiver la journalisation. Pour optimiser les performances, vous devez enregistrer vos journaux sur un disque physique différent de celui où se situe votre site web car les modes d'accès sont très différents. La lecture de données sur un disque possède un caractère essentiellement aléatoire, alors que l'écriture dans les fichiers journaux s'effectue de manière séquentielle.

Ne définissez jamais la directive LogLevel à debug pour un serveur en production. En effet, lorsque ce niveau de journalisation est défini, une grande quantité de données est écrite dans le journal des erreurs, y compris, dans le cas d'un accès SSL, toutes les opérations de lecture/écriture de la négociation de la connexion. Les implications en matière de performances sont donc importantes et vous devez plutôt utiliser le niveau de journalisation warn.

Si votre serveur possède plus d'un serveur virtuel, il est conseillé d'attribuer un journal des accès séparé à chacun d'entre eux, ce qui a pour effet de faciliter son exploitation ultérieure. Par contre, si votre serveur possède un grand nombre de serveurs virtuels, le nombre de fichiers journaux à ouvrir va représenter une consommation de ressources importante pour votre système, et il sera peut-être alors plus judicieux d'utiliser un seul fichier journal avec l'aménagement suivant : utiliser l'élément de format %v en tête de votre directive LogFormat (et de votre directive ErrorLog depuis la version 2.3.8) afin que httpd enregistre le nom du serveur virtuel qui traite la requête ou l'erreur au début de chaque entrée du journal. Un simple script Perl peut alors éclater le journal en fichiers spécifiques à chaque serveur virtuel après sa rotation ; Apache fournit un tel script dans le répertoire support/split-logfile.

Vous pouvez aussi utiliser la directive BufferedLogs pour qu'Apache conserve en mémoire plusieurs entrées de journal avant de les écrire sur disque. Gardez cependant à l'esprit que si les performances peuvent s'en trouver améliorées, la chronologie des évènements enregistrés peut quant à elle s'en trouver affectée.

Mise en oeuvre d'une charge de test

Il est interessant de mettre en oeuvre une charge de test afin d'évaluer les performances du système en conditions réelles de fonctionnement. A cet effet, il existe des paquets commerciaux comme LoadRunner, mais aussi de nombreux outils libres permettant de générer une charge de test pour votre serveur web.

Lorsque vous appliquez une charge de test à votre serveur web, gardez à l'esprit que si ce dernier est en production, la charge de test peut en affecter négativement les performances. En outre, le transfert de données supplémentaires induit peut être comptabilisé dans le quota mensuel qui vous a été éventuellement alloué.

top

Configuration dans une optique de performances

Configuration de httpd

httpd version 2.2 est par défaut un serveur web avec des processus enfants lancés au préalable. Au démarrage du serveur, le processus parent lance un certain nombre de processus enfants et ce sont eux qui seront chargés de traiter les requêtes. Mais avec httpd version 2.0 est apparu le concept de module multi-process (MPM). Les développeurs purent alors écrire des MPMs qui pouvaient fonctionner avec l'architecture à base de processus ou de threads de leur système d'exploitation spécifique. Apache 2 est fourni avec des MPMs spécifiques pour Windows, OS/2, Netware et BeOS. Pour les plateformes de style unix, les deux MPMS les plus connus sont Prefork et Worker. Le MPM Prefork offre le même modèle de processus enfants prélancés que celui d'Apache 1.3. Le MPM Worker quant à lui, lance un nombre de processus enfants moins important, mais attribue à chacun d'entre eux un certain nombre de threads pour traiter les requêtes. Avec la version 2.4, le MPM n'est plus défini à la compilation, mais peut être chargé à l'exécution via la directive LoadModule. Le MPM par défaut pour la version 2.4 est le MPM event.

Le nombre maximum de process, à savoir le nombre de processus enfants prélancés et/ou de threads, donne une approximation du nombre de requêtes que votre serveur peut traiter simultanément. Ce n'est cependant qu'une estimation car le noyau peut mettre en file d'attente des tentatives de connexion à votre serveur. Lorsque votre site approche de la saturation et si le nombre maximum de process est atteint, la machine n'impose pas de limite absolue au delà de laquelle les clients se verront refuser l'accès. Cependant, lorsque les requêtes commencent à être mises en file d'attente, les performances du système se dégradent rapidement.

Enfin, si le serveur httpd en question n'exécute aucun code tiers via mod_php, mod_perl, etc..., nous recommandons l'utilisation de mpm_event. Ce MPM est idéal pour les situations où httpd sert d'intermédiaire entre les clients et des serveurs d'arrière-plan qui accomplissent le travail proprement dit (par exemple en mode mandataire ou cache).

MaxClients

La directive MaxClients permet de spécifier le nombre maximum de process que votre serveur pourra créer. Deux autres directives lui sont associées : MinSpareServers et MaxSpareServers, qui permettent d'encadrer le nombre de process que httpd garde en réserve pour traiter les requêtes. Le nombre total de process que httpd peut créer peut être défini via la directive ServerLimit.

Rotation des threads

Les directives ci-dessus suffisent pour définir les limites des nombres de process dans le cas du MPM Prefork. Cependant, si vous utilisez un MPM à base de threads, la situation est un peu plus compliquée. Les MPMs à base de threads supportent la directive ThreadsPerChild. httpd impose le fait que MaxClients doit être divisible par ThreadsPerChild. Si les valeurs que vous attribuez à ces deux directives ne respectent pas cette règle, httpd affichera un message d'erreur et corrigera la valeur de la directive ThreadsPerChild en la diminuant jusqu'à ce que la valeur de la directive MaxClients soit divisible par elle.

Choix de la valeur de MaxClients

Idéalement, le nombre maximum de processus devrait être choisi de façon à ce que toute la mémoire système soit utilisée, sans la dépasser. En effet, si votre système est surchargé au point de devoir faire appel de manière intensive au swap (utilisation de la mémoire disque), les performances vont se dégrader rapidement. La formule permettant de déterminer la valeur de MaxClients est assez simple :

MaxClients = (RAM totale − RAM système − RAM pour les programmes externes) divisé par la RAM nécessaire pour chaque processus enfant.

L'observation est la meilleure manière de déterminer les différentes quantités de mémoire allouées au système, aux programmes externes et aux processus httpd : à cet effet, vous pouvez utiliser les commandes top et free décrites plus haut pour étudier l'empreinte mémoire du système lorsque le serveur web n'est pas en cours d'exécution. Vous pouvez aussi étudier l'empreinte d'un processus type du serveur web via la commande top ; en effet, la plupart des implémentations de cette commande présentent une colonne Mémoire résidente (RSS - Resident Size) et Mémoire partagée (Shared Memory).

La différence entre ces deux colonnes est la quantité de mémoire par processus. Le segment de mémoire partagée n'existe effectivement qu'une seule fois, et est utilisé par le code et les bibliothèques chargées et la concurrence inter-processus (ou tableau de résultat - scoreboard) géré par Apache. La quantité de mémoire utilisée par chaque processus dépend fortement du nombre et du type de modules utilisés. La meilleure façon d'en déterminer les besoins consiste à générer une charge type pour votre site web et à observer l'importance que prennent les processus httpd.

La RAM pour les programmes externes comprend principalement la mémoire utilisée pour les programmes CGI et les scripts qui s'exécutent indépendamment des processus httpd. Par contre, si vous utilisez une machine virtuelle Java qui exécute Tomcat sur le même serveur, cette dernière va aussi nécessiter une quantité de mémoire significative. En conséquence, la formule ci-dessus qui sert à calculer la valeur maximale de MaxClients permet d'effectuer une première approche, mais ne constitue en aucun cas une science exacte. En cas de doute, soyez pragmatique et utilisez une valeur assez basse pour MaxClients. Le noyau Linux réserve une certaine quantité de mémoire pour la mise en cache des accès disque. Sous Solaris par contre, il faut disposer de suffisamment de mémoire RAM pour créer un processus, et si ce n'est pas le cas, httpd va démarrer avec un message d'erreur du style "No space left on device" dans le journal des erreurs, et sera incapable de créer d'autres processus httpd enfants ; une valeur trop élevée pour MaxClients constituera alors réellement un désavantage.

Choisir votre MPM

La commutation entre threads est plus aisée pour le système, et ceux-ci consomment moins de ressources que les processus ; c'est la raison principale pour laquelle il est recommandé de choisir un MPM threadé. Et ceci est encore plus flagrant pour certains systèmes d'exploitation que pour d'autres. Par exemple, sous Solaris ou AIX, la manipulation des processus est assez lourde en termes de ressources système ; l'utilisation d'un MPM threadé est donc tout à fait indiquée pour ces systèmes. Sous Linux en revanche, l'implémentation des threads utilise en fait un processus par thread. Les processus Linux sont assez légers, mais cela signifie qu'un MPM threadé présentera ici un gain en performance moindre que sous d'autres systèmes.

Dans certaines situations cependant, l'utilisation d'un MPM threadé peut induire des problèmes de stabilité. Par exemple, si un processus enfant du MPM prefork se crashe, au plus une connexion client sera affectée ; par contre, si un processus enfant threadé se crashe, ce sont tous les threads de ce processus qui vont se crasher à leur tour, ce qui signifie que tous les clients qui étaient servis par ce processus verront leur connexion interrompue. De plus, certains problèmes de sécurité des threads ("thread-safety") peuvent apparaître, particulièrement avec les bibliothèques tierces. Avec les applications threadées, les différents threads peuvent avoir accès aux mêmes variables sans distinction, sans savoir si une variable n'a pas été modifiée par un autre thread.

Ce problème a fait l'objet d'un point sensible au sein de la communauté PHP car Le processeur PHP repose fortement sur des bibliothèques tierces, et il n'est pas garanti que la totalité d'entre elles soient "thread-safe". Bonne nouvelle cependant : si vous exécutez Apache sous Linux, vous pouvez utiliser PHP avec le MPM prefork sans craindre une diminution de performance trop importante par rapport à une option threadée.

Verrous tournants

Apache httpd maintient un verrou inter-processus du point de vue de son écoute du réseau. Dans les faits, cela signifie qu'un seul processus httpd enfant à la fois peut recevoir une requête. Ainsi, soient les autres processus en profitent alors pour traiter les requêtes qu'ils ont déjà reçues, soient ils attendent de pouvoir à leur tour récupérer le verrou et ainsi écouter le réseau pour recevoir une nouvelle requête. Ceci peut se voir comme une porte tournante par laquelle un seul processus peut passer à la fois. Sur un serveur web fortement chargé où les requêtes arrivent constamment, la porte tourne rapidement et les requêtes sont acceptées à un rythme soutenu. Sur un serveur faiblement chargé en revanche, le processus qui "détient" le verrou est suceptible de garder sa porte ouverte un certain temps durant lequel tous les autres processus seront inactifs, attendant de pouvoir s'approprier le verrou. Dans une telle situation, le processus parent pourra décider d'arrêter quelques processus enfants en fonction de la valeur de la directive MaxSpareServers.

L'assaut de la foule

La fonction de l'"accept mutex" (c'est le nom donné au verrou inter-processus) consiste à gérer la réception des requêtes de manière ordonnée. Si ce verrou est absent, le syndrome de l'"assaut de la foule" peut apparaître.

Imaginez une équipe de football américain en attente devant la ligne de remise en jeu. Si les joueurs se comportaient comme des processus Apache, ils se précipiteraient tous à la fois pour récupérer la balle au signal de la reprise. Un seul d'entre eux y parviendrait, et tous les autres n'auraient plus qu'à se regrouper à nouveau sur la ligne jusqu'à la reprise suivante. Dans cette métaphore, c'est le quaterback qui va jouer le rôle d'"accept mutex" en donnant la balle au joueur approprié.

La transmission d'une telle quantité d'informations représente naturellement beaucoup de travail et, comme une personne intelligente, un serveur intelligent tentera d'éviter cette surcharge dans la mesure du possible, d'où l'idée de la porte tournante. Dans les dernières années, de nombreux systèmes d'exploitation, comme Linux et Solaris, ont développé du code pour éviter le syndrome de l'"assaut de la foule". Apache reconnaît ce code, et si vous n'effectuez qu'une seule écoute du réseau, autrement dit si vous n'utilisez que le serveur principal ou un seul serveur virtuel, Apache n'utilisera pas d'"accept mutex" ; par contre, si vous effectuez plusieurs écoutes du réseau (par exemple si un serveur virtuel sert les requêtes SSL), Apache utilisera un "accept mutex" afin d'éviter les conflits internes.

Vous pouvez manipuler l'"accept mutex" via la directive AcceptMutex. Cette dernière permet en particulier de fermer l'"accept mutex", mais aussi de sélectionner le mécanisme de verrouillage. Les mécanismes de verrouillage courants comprennent fcntl, les sémaphores System V et le verrouillage par threads. Tous ne sont pas supportés par toutes les plateformes, et leur disponibilité dépend aussi des options de compilation. Les différents mécanismes de verrouillage peuvent avoir des exigences particulières en matière de ressources système ; il est donc recommandé de les utiliser avec précautions.

Il n'existe aucune raison particulière pour désactiver l'"accept mutex". Apache détermine automatiquement s'il doit utiliser ou non mutex sur votre plateforme en fonction du nombre d'écoutes réseau de votre serveur, comme décrit précédemment.

Optimisation du système d'exploitation

Souvent, les utilisateurs recherchent le paramètre magique qui va multiplier par quatre les performances de leur système. En fait, les systèmes de type Unix actuels sont déjà optimisés à l'origine, et il n'y a plus grand chose à faire pour améliorer leurs performances. L'administrateur peut cependant encore effectuer quelques modifications qui permettront de peaufiner la configuration.

RAM et swap

Le leitmotiv en matière de mémoire est souvent "plus on en a, mieux c'est". En effet, comme nous avons dit plus haut, la mémoire inutilisée peut être avantageusement utilisée comme cache du système de fichiers. Plus vous chargez de modules, plus les processus Apache grossissent, et ceci d'autant plus si vous utilisez des modules qui génèrent des contenus dynamiques comme PHP et mod_perl. Un gros fichier de configuration - avec de nombreux serveurs virtuels - a aussi tendance à augmenter l'empreinte mémoire des processus. Une quantité de mémoire importante vous permettra d'exécuter Apache avec plus de processus enfants, et donc de traiter d'avantage de requêtes simultanément.

Même si les différentes plateformes traitent leur mémoire virtuelle de différentes manières, il est déconseillé de configurer un espace disque de swap inférieur à la mémoire RAM. En effet, le système de mémoire virtuelle a été conçu de manière à prendre le relai lorsque la mémoire RAM fait défaut, et lorsque l'espace disque, et donc l'espace de swap vient à manquer, votre serveur risque de s'arrêter. Vous devrez alors redémarrer physiquement votre serveur, et votre hébergeur pourra vous facturer le service.

Evidemment, ce genre problème survient au moment le plus défavorable : lorsque le monde vient découvrir votre site web et se présente avec insistance à votre porte. Si votre espace de swap est suffisant, même si la machine sera de plus en plus surchargée et deviendra très très lente car le système devra swapper les pages entre la mémoire et le disque, lorsque la charge diminuera à nouveau, le système reviendra dans son mode de fonctionnement normal. Rappelez-vous que vous disposez de la directive MaxClients pour garder le contrôle.

La plupart des systèmes de type Unix utilisent des partitions dédiées au swap. Au démarrage du système, celui-ci enregistre toutes les partitions de swap du ou des disques en fonction du type de la partition ou du contenu du fichier /etc/fstab et les active de manière automatique. Lorsque vous ajoutez un disque, ou lorsque vous installez le système d'exploitation, assurez-vous d'allouer suffisamment d'espace de swap afin de rester en adéquation avec une éventuelle augmentation de la mémoire RAM. La réallocation d'espace disque sur un système en production est en effet pénible et fastidieuse.

Prévoyez un espace de swap de deux fois la taille de votre mémoire RAM, et même jusqu'à quatre fois lorsque les surcharges peuvent s'avérer fréquentes. Assurez-vous de réajuster ces valeurs lorsque vous augmentez la quantité de mémoire RAM de votre système. En secours, vous pouvez aussi utilisez un fichier comme espace de swap. Pour ce faire, vous trouverez les instructions dans les pages de manuel de mkswap et swapon, ou dans celles des programmes de swap.

ulimit: fichiers et processus

Supposons que vous disposiez d'une machine possédant une énorme quantité de mémoire RAM et un processeur aux performances astronomiques ; vous pourrez alors exécuter des centaines de processus Apache selon vos besoins, mais tout en restant en deçà des limites imposées par le noyau de votre système.

Considérez maintenant une situation où plusieurs centaines de serveurs web sont en cours d'exécution ; si certains d'entre eux doivent à leur tour lancer des processus CGI, le nombre maximum de processus autorisé par le noyau sera vite atteint.

Dans ce cas, vous pouvez modifier cette limite avec la commande :

ulimit [-H|-S] -u [nouvelle valeur]

Cette modification doit être effectuée avant le démarrage du serveur, car la nouvelle valeur ne sera prise en compte que dans le shell courant et pour les programmes lancés depuis ce dernier. Dans les derniers noyaux Linux, la valeur par défaut a été fixée à 2048. Sous FreeBSD, ce nombre semble être limité à la valeur inhabituelle de 513. Dans le shell par défaut de ce système, csh, la commande équivalente est limit et possède une syntaxe analogue à celle de la commande de style Bourne ulimit :

limit [-h] maxproc [newvalue]

En outre, le noyau peut limiter le nombre de fichiers ouverts par processus. Ce n'est généralement pas un problème pour les serveurs dont les processus sont lancés à l'avance, et où chacun de ceux-ci ne traite qu'une requête à la fois. Les processus des serveurs threadés, quant à eux, traitent plusieurs requêtes simultanément, et sont d'avantage susceptibles de dépasser la limite du nombre de descripteurs de fichiers. Vous pouvez alors augmenter cette valeur limite du nombre de fichiers ouverts avec la commande :

ulimit -n [newvalue]

Là encore, cette modification doit être effectuée avant le démarrage du serveur Apache.

Définition des limites en fonction de l'utilisateur ou du groupe au démarrage du système

Sous Linux, vous pouvez définir les paramètres de ulimit au démarrage en éditant le fichier /etc/security/limits.conf. Ce fichier vous permet de définir des limites "soft" et "hard" en fonction de l'utilisateur ou du groupe ; vous y trouverez aussi des commentaires explicatifs des différentes options. Pour que ce fichier soit pris en compte, le fichier /etc/pam.d/login doit contenir la ligne :

session required /lib/security/pam_limits.so

Chaque item peut posséder une valeur "soft" et "hard" : la première est la valeur par défaut, et la seconde la valeur maximale de cet item.

Dans le fichier /etc/login.conf de FreeBSD, ces valeurs peuvent être limitées ou étendues à tout le système de manière analogue au fichier limits.conf. Les limites "soft" sont spécifiées via le paramètre -cur, et les limites "hard" via le paramètre -max.

Solaris possède un mécanisme similaire pour manipuler les valeurs limites au démarrage du système : dans le fichier /etc/system, vous pouvez définir au démarrage des paramètres du noyau valables pour l'ensemble du système. Ce sont les mêmes paramètres que ceux définis à l'exécution par le débogueur de noyau mdb. Les commandes équivalentes à ulimit -u pour définir les limites hard et soft seront du style :

set rlim_fd_max=65536
set rlim_fd_cur=2048

Solaris calcule le nombre maximal de processus autorisé par utilisateur (maxuprc) en fonction de la mémoire système disponible (maxusers). Vous pouvez obtenir ces valeurs avec la commande :

sysdef -i | grep maximum

Il est cependant déconseillé de les modifier.

Désactiver les services et modules non utilisés

Dans la plupart des distributions Unix et Linux, de nombreux services sont activés par défaut, et vous n' avez probablement besoin que d'une minorité d'entre eux. Par exemple, votre serveur web n'a pas besoin de sendmail, de fournir le service NFS, etc... Désactivez les tout simplement.

Pour ce faire, sous RedHat Linux, vous disposez de l'utilitaire chkconfig en ligne de commande. Sous Solaris, les commandes svcs et svcadm vous permettent respectivement de lister les services activés et de désactiver ceux dont vous n'avez pas besoin.

Vous devez aussi prêter attention aux modules Apache chargés par défaut. La plupart des distributions binaires d'Apache httpd et des versions préinstallées fournies avec les distributions de Linux chargent les modules Apache via la directive LoadModule.

Les modules inutilisés peuvent être désactivés : si vous n'avez pas besoin de leurs fonctionnalités et des directives de configuration qu'ils implémentent, désactivez-les en commentant les lignes LoadModule correspondantes. Vous devez cependant lire la documentation relative à ces modules avant de les désactiver, et garder à l'esprit que la désactivation d'un module très peu gourmand en ressources n'est pas absolument nécessaire.

top

Mise en cache des contenus

Les requêtes impliquant des contenus dynamiques nécessitent en général d'avantage de ressources que les requêtes pour des contenus statiques. Les contenus statiques consistent en simples pages issues de documents ou images sur disque, et sont servis très rapidement. En outre, de nombreux systèmes d'exploitation mettent automatiquement en cache en mémoire les contenus des fichiers fréquemment accédés.

Comme indiqué précédemment, le traitement des requêtes dynamiques peut nécessiter beaucoup plus de ressources. L'exécution de scripts CGI, le transfert de requêtes à un serveur d'applications externe, ou les accès à une base de données peuvent impliquer des temps d'attente et charges de travail significatifs pour un serveur web fortement sollicité. Dans de nombreuses circonstances, vous pourrez alors améliorer les performances en transformant les requêtes dynamiques courantes en requêtes statiques. Pour ce faire, deux approches seront discutées dans la suite de cette section.

Transformation des pages courantes en contenus statiques

En générant à l'avance les réponses pour les requêtes les plus courantes de votre application, vous pouvez améliorer de manière significative les performances de votre serveur sans abandonner la flexibilité des contenus générés dynamiquement. Par exemple, si votre application est un service de livraison de fleurs, vous aurez tout intérêt à générer à l'avance les pages de votre catalogue concernant les roses rouges dans les semaines précédant le jour de la Saint Valentin. Lorsqu'un utilisateur cherchera des roses rouges, il téléchargera alors les pages générées à l'avance. Par contre, les recherches de roses jaunes seront quant à elles traitées directement via une requête vers la base de données. Pour effectuer ces aiguillages de requêtes, vous disposez d'un outil particulièrement approprié fourni avec Apache : le module mod_rewrite.

Exemple : un blog servi statiquement

Blosxom est un programme CGI de journalisation web léger. Il est écrit en Perl et utilise des fichiers texte pour ses entrées. Outre sa qualité de programme CGI, Blosxom peut être exécuté en ligne de commande pour générer à l'avance des pages de blog. Lorsque votre blog commence à être lu par un grand nombre de personnes, la génération à l'avance de pages en HTML satique peut améliorer de manière significative les performances de votre serveur.

Pour générer des pages statiques avec blosxom, éditez le script CGI selon la documentation. Définissez la variable $static dir à la valeur de DocumentRoot de votre serveur web, et exécutez le script en ligne de commande comme suit :

$ perl blosxom.cgi -password='whateveryourpassword'

Vous pouvez exécuter ce script périodiquement via cron, à chaque fois que vous ajoutez un nouveau contenu. Pour faire en sorte qu'Apache substitue les pages statiques au contenu dynamique, nous utiliserons mod_rewrite. Ce module est fourni avec le code source d'Apache, mais n'est pas compilé par défaut. Pour le compiler avec la distribution d'Apache, vous pouvez utiliser l'option de la commande configure --enable-rewrite[=shared]. De nombreuses distributions binaires d'Apache sont fournies avec mod_rewrite inclus. Dans l'exemple suivant, un serveur virtuel Apache utilise les pages de blog générées à l'avance :

Listen *:8001
  <VirtualHost *:8001>
      ServerName blog.sandla.org:8001
      ServerAdmin sander@temme.net
      DocumentRoot "/home/sctemme/inst/blog/httpd/htdocs"
      <Directory "/home/sctemme/inst/blog/httpd/htdocs">
          Options +Indexes
          Require all granted
          RewriteEngine on
          RewriteCond "%{REQUEST_FILENAME}" "!-f"
          RewriteCond "%{REQUEST_FILENAME}" "!-d"
          RewriteRule "^(.*)$" "/cgi-bin/blosxom.cgi/$1" [L,QSA]
      </Directory>
      RewriteLog "/home/sctemme/inst/blog/httpd/logs/rewrite_log"
      RewriteLogLevel 9
      ErrorLog "/home/sctemme/inst/blog/httpd/logs/error_log"
      LogLevel debug
      CustomLog "/home/sctemme/inst/blog/httpd/logs/access_log common"
      ScriptAlias "/cgi-bin/" "/home/sctemme/inst/blog/bin/"
      <Directory "/home/sctemme/inst/blog/bin">
          Options +ExecCGI
          Require all granted
      </Directory>
  </VirtualHost>

Si les directives RewriteCond indiquent que la ressource demandée n'existe ni en tant que fichier, ni en tant que répertoire, son chemin sera redirigé par la directive RewriteRule vers le programme CGI Blosxom qui va générer la réponse. Blosxom utilise Path Info pour spécifier les entrées de blog en tant que pages d'index, et si un chemin dans Blosxom existe en tant que fichier statique dans le système de fichiers, c'est ce dernier qui sera par conséquent privilégié. Toute requête dont la réponse n'a pas été générée à l'avance sera traitée par le programme CGI. Cela signifie que les entrées individuelles comme les commentaires seront toujours servies par le programme CGI, et seront donc toujours visibles. Cette configuration permet aussi de ne pas faire apparaître le programme CGI Blosxom dans l'URL de la barre d'adresse. Enfin, mod_rewrite est un module extrêmement souple et puissant ; prenez le temps de bien l'étudier afin de parvenir à la configuration qui correspondra le mieux à votre situation.

Mise en cache du contenu avec mod_cache

Le module mod_cache implémente une mise en cache intelligente des réponses HTTP : il tient compte des délais de péremption et des contraintes en matière de contenu inhérentes à la spécification HTTP. Le module mod_cache met en cache les URL des contenus des réponses. Si un contenu envoyé au client peut être mis en cache, il est sauvegardé sur disque. Les requêtes ultérieures pour cette URL seront alors servies directement depuis le cache. Le module fournisseur pour mod_cache, mod_disk_cache, détermine la manière dont les contenus sont stockés sur disque. La plupart des systèmes de serveur possèdent plus d'espace disque que de mémoire, et il est bon de garder à l'esprit que certains noyaux système mettent en cache de manière transparente en mémoire les contenus sur disque fréquemment accédés ; il n'est donc pas très utile de répéter cette opération au niveau du serveur.

Pour mettre en oeuvre une mise en cache de contenu efficace et éviter de présenter à l'utilisateur un contenu invalide ou périmé, l'application qui génère le contenu à jour doit envoyer les en-têtes de réponse corrects. En effet, en l'absence d'en-têtes comme Etag:, Last-Modified: ou Expires:, mod_cache ne sera pas en mesure de décider de manière appropriée s'il doit mettre le contenu en cache, s'il doit le servir directement depuis ce dernier, ou s'il doit tout simplement ne rien faire. Lorsque vous testerez la mise en cache, vous devrez peut-être modifier votre application ou, en cas d'impossibilité, désactiver de manière sélective la mise en cache des URLs qui posent problème. Les modules mod_cache ne sont pas compilés par défaut ; pour ce faire, vous devez utiliser l'option --enable-cache[=shared] du script configure. Si vous utilisez une distribution binaire d'Apache httpd, ou si elle fait partie de votre portage ou de votre sélection de paquets, mod_cache sera probablement déjà inclus.

Exemple : wiki.apache.org

Le Wiki de l'Apache Software Foundation est servi par MoinMoin. MoinMoin est écrit en Python et s'exécute en tant que programme CGI. A l'heure actuelle, toute tentative pour l'exécuter via mod_python s'est soldée par un échec. Le programme CGI induit une charge inacceptable sur le serveur, particulièrement lorsque le Wiki est indexé par des moteurs de recherche comme Google. Pour alléger la charge de la machine, l'équipe d'infrastructure d'Apache s'est tournée vers mod_cache. Il s'est avéré que MoinMoin nécessitait un petit patch pour adopter un comportement approprié en aval du serveur de mise en cache : certaines requêtes ne pouvaient jamais être mises en cache, et les modules Python concernés ont été mis à jour pour pouvoir envoyer les en-têtes de réponse HTTP corrects. Après cette modification, la mise en cache en amont du Wiki a été activée via l'insertion des lignes suivantes dans le fichier de configuration httpd.conf :

CacheRoot /raid1/cacheroot
CacheEnable disk /
# Une page modifiée il y a 100 minutes expirera dans 10 minutes
CacheLastModifiedFactor .1
# Dans tous les cas, vérifier la validité des pages après 6 heures
CacheMaxExpire 21600

Cette configuration essaie de mettre en cache tout contenu de son serveur virtuel. Elle ne mettra jamais en cache un contenu plus vieux que 6 heures (voir la directive CacheMaxExpire). Si l'en-tête Expires: est absent de la réponse, mod_cache va calculer une date d'expiration en fonction du contenu de l'en-tête Last-Modified:. Le principe de ce calcul qui utilise la directive CacheLastModifiedFactor se base sur l'hypothèse que si une page a été modifiée récemment, il y a de fortes chances pour qu'elle le soit à nouveau dans un futur proche et devra donc être remise en cache.

Notez qu'il peut s'avérer payant de désactiver l'en-tête ETag: : pour les fichiers inférieurs à 1 ko, le serveur doit calculer la somme de vérification checksum (en général MD5) et envoyer une réponse 304 Not Modified, ce qui utilise des ressources CPU et réseau pour le transfert (1 paquet TCP). Pour les ressources supérieures à 1 ko, les ressources CPU consommées peuvent devenir importantes car l'en-tête est calculé à chaque requête. Malheureusement, il n'existe actuellement aucun moyen pour mettre en cache ces en-têtes.

<FilesMatch "\.(jpe?g|png|gif|js|css|x?html|xml)">
    FileETag None
</FilesMatch>

Dans l'exemple précédent: la génération d'un en-tête ETag: sera désactivée pour la plupart des ressources statiques. Le serveur ne génère pas ces en-têtes pour les ressources dynamiques.

top

Pour aller plus loin

Armés du savoir-faire pour personnaliser un système afin qu'il affiche les performances désirées, nous découvrirons vite qu'1 sytème à lui seul peut constituer un goulot d'étranglement. A ce sujet, la page du Wiki PerformanceScalingOut décrit comment adapter un système à mesure qu'il prend de l'ampleur, ou comment personnaliser plusieurs systèmes dans leur ensemble.

Langues Disponibles:  en  |  es  |  fr 

top

Commentaires

Notice:
This is not a Q&A section. Comments placed here should be pointed towards suggestions on improving the documentation or server, and may be removed by our moderators if they are either implemented or considered invalid/off-topic. Questions on how to manage the Apache HTTP Server should be directed at either our IRC channel, #httpd, on Freenode, or sent to our mailing lists.