<-
Apache > Serveur HTTP > Documentation > Version 2.5 > Modules

Fonctionalités de Base Apache

Langues Disponibles:  de  |  en  |  es  |  fr  |  ja  |  tr 

Description:Fonctionnalités de base du serveur HTTP Apache toujours disponibles
Statut:Core

Directives

top

AcceptFilter Directive

Description:Permet d'optimiser la configuration d'une socket pour l'écoute d'un protocole
Syntaxe:AcceptFilter protocole filtre d'acceptation
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet d'effectuer une optimisation de la socket d'écoute d'un type de protocole en fonction du système d'exploitation. Le but premier est de faire en sorte que le noyau n'envoie pas de socket au processus du serveur jusqu'à ce que des données soient reçues, ou qu'une requête HTTP complète soit mise en tampon. Seuls les Filtres d'acceptation de FreeBSD, le filtre plus primitif TCP_DEFER_ACCEPT sous Linux, et la version optimisée d'AcceptEx() de Windows sont actuellement supportés.

L'utilisation de l'argument none va désactiver tout filtre d'acceptation pour ce protocole. Ceci s'avère utile pour les protocoles qui nécessitent l'envoi de données par le serveur en premier, comme ftp: ou nntp:

AcceptFilter nntp none

Les noms de protocoles par défaut sont https pour le port 443 et http pour tous les autres ports. Pour spécifier un autre protocole à utiliser avec un port en écoute, ajoutez l'argument protocol à la directive Listen.

Sous FreeBSD, les valeurs par défaut sont :

AcceptFilter http httpready
AcceptFilter https dataready

Le filtre d'acceptation httpready met en tampon des requêtes HTTP entières au niveau du noyau. Quand une requête entière a été reçue, le noyau l'envoie au serveur. Voir la page de manuel de accf_http(9) pour plus de détails. Comme les requêtes HTTPS sont chiffrées, celles-ci n'autorisent que le filtre accf_data(9).

Sous Linux, les valeurs par défaut sont :

AcceptFilter http data
AcceptFilter https data

Le filtre TCP_DEFER_ACCEPT de Linux ne supporte pas la mise en tampon des requêtes http. Toute valeur autre que none active le filtre TCP_DEFER_ACCEPT pour ce protocole. Pour plus de détails, voir la page de manuel Linux de tcp(7).

Sous Windows, les valeurs par défaut sont :

AcceptFilter http data
AcceptFilter https data

Le module MPM pour Windows mpm_winnt utilise la directive AcceptFilter comme commutateur de l'API AcceptEx(), et ne supporte pas la mise en tampon du protocole http. Deux valeurs utilisent l'API Windows AcceptEx() et vont recycler les sockets réseau entre les connexions. data attend jusqu'à ce que les données aient été transmises comme décrit plus haut, et le tampon de données initiales ainsi que les adresses réseau finales sont tous extraits grâce à une seule invocation d'AcceptEx(). connect utilise l'API AcceptEx(), extrait aussi les adresses réseau finales, mais à l'instar de none, la valeur connect n'attend pas la transmission des données initiales.

Sous Windows, none utilise accept() au lieu d'AcceptEx(), et ne recycle pas les sockets entre les connexions. Ceci s'avère utile pour les interfaces réseau dont le pilote est défectueux, ainsi que pour certains fournisseurs de réseau comme les pilotes vpn, ou les filtres anti-spam, anti-virus ou anti-spyware.

Voir aussi

top

AcceptPathInfo Directive

Description:Les ressources acceptent des informations sous forme d'un nom de chemin en fin de requête.
Syntaxe:AcceptPathInfo On|Off|Default
Défaut:AcceptPathInfo Default
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet de définir si les requêtes contenant des informations sous forme d'un nom de chemin suivant le nom d'un fichier réel (ou un fichier qui n'existe pas dans un répertoire qui existe) doivent être acceptées ou rejetées. Les scripts peuvent accéder à cette information via la variable d'environnement PATH_INFO.

Supposons par exemple que /test/ pointe vers un répertoire qui ne contient que le fichier here.html. Les requêtes pour /test/here.html/more et /test/nothere.html/more vont affecter la valeur /more à la variable d'environnement PATH_INFO.

L'argument de la directive AcceptPathInfo possède trois valeurs possibles :

Off
Une requête ne sera acceptée que si elle correspond à un chemin qui existe. Par conséquent, une requête contenant une information de chemin après le nom de fichier réel comme /test/here.html/more dans l'exemple ci-dessus renverra une erreur "404 NOT FOUND".
On
Une requête sera acceptée si la partie principale du chemin correspond à un fichier existant. Dans l'exemple ci-dessus /test/here.html/more, la requête sera acceptée si /test/here.html correspond à un nom de fichier valide.
Default
Le traitement des requêtes est déterminé par le gestionnaire responsable de la requête. Le gestionnaire de base pour les fichiers normaux rejette par défaut les requêtes avec PATH_INFO. Les gestionnaires qui servent des scripts, commecgi-script et isapi-handler, acceptent en général par défaut les requêtes avec PATH_INFO.

Le but premier de la directive AcceptPathInfo est de vous permettre de remplacer le choix du gestionnaire d'accepter ou de rejeter PATH_INFO. Ce remplacement est nécessaire par exemple, lorsque vous utilisez un filtre, comme INCLUDES, pour générer un contenu basé sur PATH_INFO. Le gestionnaire de base va en général rejeter la requête, et vous pouvez utiliser la configuration suivante pour utiliser un tel script :

<Files "mypaths.shtml">
  Options +Includes
  SetOutputFilter INCLUDES
  AcceptPathInfo On
</Files>
top

AccessFileName Directive

Description:Nom du fichier de configuration distribué
Syntaxe:AccessFileName nom-du-fichier [nom-du-fichier] ...
Défaut:AccessFileName .htaccess
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Au cours du traitement d'une requête, le serveur recherche le premier fichier de configuration existant à partir de la liste de noms dans chaque répertoire composant le chemin du document, à partir du moment où les fichiers de configuration distribués sont activés pour ce répertoire. Par exemple :

AccessFileName .acl

avant de renvoyer le document /usr/local/web/index.html, le serveur va rechercher les fichiers /.acl, /usr/.acl, /usr/local/.acl et /usr/local/web/.acl pour y lire d'éventuelles directives, à moins quelles n'aient été désactivées avec

<Directory />
    AllowOverride None
</Directory>

Voir aussi

top

AddDefaultCharset Directive

Description:Paramètre jeu de caractères par défaut à ajouter quand le type de contenu d'une réponse est text/plain ou text/html
Syntaxe:AddDefaultCharset On|Off|jeu de caractères
Défaut:AddDefaultCharset Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

Cette directive spécifie une valeur par défaut pour le paramètre jeu de caractères du type de média (le nom d'un codage de caractères) à ajouter à une réponse, si et seulement si le type de contenu de la réponse est soit text/plain, soit text/html. Ceci va remplacer tout jeu de caractères spécifié dans le corps de la réponse via un élément META, bien que cet effet dépende en fait souvent de la configuration du client de l'utilisateur. La définition de AddDefaultCharset Off désactive cette fonctionnalité. AddDefaultCharset On ajoute un jeu de caractères par défaut de iso-8859-1. Toute autre valeur peut être définie via le paramètre jeu de caractères, qui doit appartenir à la liste des valeurs de jeux de caractères enregistrés par l'IANA à utiliser dans les types de média Internet (types MIME). Par exemple :

AddDefaultCharset utf-8

La directive AddDefaultCharset ne doit être utilisée que lorsque toutes les ressources textes auxquelles elle s'applique possèdent le jeu de caractère spécifié, et qu'il est trop contraignant de définir leur jeu de caractères individuellement. Un exemple de ce type est l'ajout du paramètre jeu de caractères aux ressources comportant un contenu généré, comme les scripts CGI hérités qui peuvent être vulnérables à des attaques de type cross-site scripting à cause des données utilisateurs incluses dans leur sortie. Notez cependant qu'une meilleur solution consiste à corriger (ou supprimer) ces scripts, car la définition d'un jeu de caractères par défaut ne protège pas les utilisateurs qui ont activé la fonctionnalité "Détection automatique de l'encodage des caractères" dans leur navigateur.

Voir aussi

top

AllowEncodedSlashes Directive

Description:Détermine si les séparateurs de chemin encodés sont autorisés à transiter dans les URLs tels quels
Syntaxe:AllowEncodedSlashes On|Off|NoDecode
Défaut:AllowEncodedSlashes Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:L'option NoDecode est disponible depuis la version 2.3.12.

La directive AllowEncodedSlashes permet l'utilisation des URLs contenant des séparateurs de chemin encodés dans la partie chemin (%2F pour / et même %5C pour \ sur les systèmes concernés).

Avec la valeur par défaut, Off, de telles URLs sont refusées et provoquent le renvoi d'une erreur 404 (Not found).

Avec la valeur On, ces URLs sont acceptées, et les slashes encodés sont décodés comme tout autre caractère codé.

Avec la valeur NoDecode, ces URLs sont acceptées, mais les slashes codés ne sont pas décodés et laissés dans leur état codé.

Définir AllowEncodedSlashes à On est surtout utile en association avec PATH_INFO.

Note

Si le codage des slashes dans la partie chemin est nécessaire, l'utilisation de l'option NoDecode est fortement recommandée par mesure de sécurité. Permettre le décodage des slashes pourrait éventuellement induire l'autorisation de chemins non sûrs.

Voir aussi

top

AllowOverride Directive

Description:Types de directives autorisées dans les fichiers .htaccess
Syntaxe:AllowOverride All|None|type directive [type directive] ...
Défaut:AllowOverride None à partir de la version 2.3.9, AllowOverride All pour les versions antérieures
Contexte:répertoire
Statut:Core
Module:core

Lorsque le serveur trouve un fichier .htaccess (dont le nom est défini par la directive AccessFileName), il doit savoir lesquelles des directives placées dans ce fichier sont autorisées à modifier la configuration préexistante.

Valable seulement dans les sections <Directory>

La directive AllowOverride ne peut être utilisée que dans les sections <Directory> définies sans expressions rationnelles, et non dans les sections <Location>, <DirectoryMatch> ou <Files>.

Lorsque cette directive et la directive AllowOverrideList sont définies à None, les fichiers .htaccess sont totalement ignorés. Dans ce cas, le serveur n'essaiera même pas de lire les fichiers .htaccess du système de fichiers.

Lorsque cette directive est définie à All, toute directive valable dans le Contexte .htaccess sera autorisée dans les fichiers .htaccess.

L'argument type directive peut contenir les groupements de directives suivants :

AuthConfig
Permet l'utilisation des directives d'autorisation (AuthDBMGroupFile, AuthDBMUserFile, AuthGroupFile, AuthName, AuthType, AuthUserFile, Require, etc...).
FileInfo
Permet l'utilisation des directives qui contrôlent les types de documents (directives ErrorDocument, ForceType, LanguagePriority, SetHandler, SetInputFilter, SetOutputFilter, et directives du module mod_mime Add* et Remove*), des metadonnées des documents (Header, RequestHeader, SetEnvIf, SetEnvIfNoCase, BrowserMatch, CookieExpires, CookieDomain, CookieStyle, CookieTracking, CookieName), des directives du module mod_rewrite directives (RewriteEngine, RewriteOptions, RewriteBase, RewriteCond, RewriteRule), des directives du module mod_alias directives (Redirect, RedirectTemp, RedirectPermanent, RedirectMatch), et de la directive Action du module mod_actions.
Indexes
Permet l'utilisation des directives qui contrôlent l'indexation des répertoires (AddDescription, AddIcon, AddIconByEncoding, AddIconByType, DefaultIcon, DirectoryIndex, FallbackResource, FancyIndexing, HeaderName, IndexIgnore, IndexOptions, ReadmeName, etc...).
Limit
Permet l'utilisation des directives contrôlant l'accès au serveur (Allow, Deny et Order).
Nonfatal=[Override|Unknown|All]
Permet d'utiliser l'option AllowOverride pour rendre les erreurs de syntaxe non fatales dans les fichiers .htaccess : au lieu de causer une Internal Server Error, les directives non autorisées ou non reconnues seront ignorées et un avertissement enregistré dans le journal :
  • Nonfatal=Override rend les directives interdite par AllowOverride non fatales.
  • Nonfatal=Unknown rend les directives inconnues non fatales. Sont concernées les erreurs de frappe et les directives implémentées par un module non chargé.
  • Nonfatal=All rend toutes les directives précédentes non fatales.

Notez qu'une erreur de syntaxe dans une directive valide causera toujours une internal server error.

Sécurité

Les erreurs non fatales peuvent être à l'origine de problèmes de sécurité pour les utilisateurs de fichiers .htaccess. Par exemple, si AllowOverride interdit AuthConfig, toute configuration utilisateur destinée à restreindre l'accès à un site ne sera pas prise en compte.
Options[=Option,...]
Permet l'utilisation des directives contrôlant les fonctionnalités spécifiques d'un répertoire (Options et XBitHack). "Options" doit être suivi d'un signe "égal", puis d'une liste d'options séparées par des virgules (pas d'espaces) ; ces options doivent être définies à l'aide de la commande Options.

Désactivation implicite des options

Bien que la liste des options disponibles dans les fichiers .htaccess puisse être limitée par cette directive, tant qu'un directive Options est autorisée, toute autre option héritée peut être désactivée en utilisant la syntaxe non-relative. En d'autres termes, ce mécanisme ne peut pas forcer une option spécifique à rester activée tout en permettant à toute autre option d'être activée.

AllowOverride Options=Indexes,MultiViews

Exemple :

AllowOverride AuthConfig Indexes

Dans l'exemple ci-dessus, toutes les directives qui ne font partie ni du groupe AuthConfig, ni du groupe Indexes, provoquent une erreur "internal server error".

Pour des raisons de sécurité et de performance, ne définissez pas AllowOverride à autre chose que None dans votre bloc <Directory />. Recherchez plutôt (ou créez) le bloc <Directory> qui se réfère au répertoire où vous allez précisément placer un fichier .htaccess.

Voir aussi

top

AllowOverrideList Directive

Description:Directives autorisées dans les fichiers .htaccess
Syntaxe:AllowOverrideList None|directive [directive-type] ...
Défaut:AllowOverrideList None
Contexte:répertoire
Statut:Core
Module:core

Lorsque le serveur trouve un fichier .htaccess (comme spécifié par la directive AccessFileName), il doit savoir lesquelles des directives déclarées dans ce fichier peuvent remplacer des directives des fichiers de configuration du serveur.

Seulement disponible dans les sections <Directory>

La directive AllowOverrideList n'est disponible que dans les sections <Directory> spécifiées sans expressions rationnelles.

Lorsque cette directive et la directive AllowOverride sont définies à None, les fichiers .htaccess sont totalement ignorés. Dans ce cas, le serveur ne cherchera même pas à lire des fichiers .htaccess dans le système de fichiers.

Example:

AllowOverride None
AllowOverrideList Redirect RedirectMatch

Dans l'exemple ci-dessus, seules les directives Redirect et RedirectMatch sont autorisées. Toutes les autres provoqueront une erreur interne du serveur.

Example:

AllowOverride AuthConfig
AllowOverrideList CookieTracking CookieName

Dans l'exemple ci-dessus, la directive AllowOverride autorise les directives du groupement AuthConfig, et AllowOverrideList n'autorise que deux directives du groupement FileInfo. Toutes les autres provoqueront une erreur interne du serveur.

Voir aussi

top

CGIMapExtension Directive

Description:Technique permettant de localiser l'interpréteur des scripts CGI
Syntaxe:CGIMapExtension chemin CGI .extension
Contexte:répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:NetWare uniquement

Cette directive permet de contrôler la manière dont Apache httpd trouve l'interpréteur servant à exécuter les scripts CGI. Par exemple, avec la définition CGIMapExtension sys:\foo.nlm .foo, tous les fichiers scripts CGI possédant une extension .foo seront passés à l'interpréteur FOO.

top

ContentDigest Directive

Description:Active la génération d'un en-tête Content-MD5 dans la réponse HTTP
Syntaxe:ContentDigest On|Off
Défaut:ContentDigest Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:Options
Statut:Core
Module:core

Cette directive active la génération d'un en-tête Content-MD5 selon les définitions des RFC 1864 et 2616.

MD5 est un algorithme permettant de générer un condensé (parfois appelé "empreinte") à partir de données d'une taille aléatoire ; le degré de précision est tel que la moindre altération des données d'origine entraîne une altération de l'empreinte.

L'en-tête Content-MD5 permet de vérifier l'intégrité de la réponse HTTP dans son ensemble. Un serveur mandataire ou un client peut utiliser cet en-tête pour rechercher une éventuelle modification accidentelle de la réponse au cours de sa transmission. Exemple d'en-tête :

Content-MD5: AuLb7Dp1rqtRtxz2m9kRpA==

Notez que des problèmes de performances peuvent affecter votre serveur, car l'empreinte est générée pour chaque requête (il n'y a pas de mise en cache).

L'en-tête Content-MD5 n'est envoyé qu'avec les documents servis par le module core, à l'exclusion de tout autre module. Ainsi, les documents SSI, les sorties de scripts CGI, et les réponses à des requêtes partielles (byte range) ne comportent pas cet en-tête.

top

DefaultRuntimeDir Directive

Description:Répertoire de base des fichiers créés au cours de l'exécution du serveur
Syntaxe:DefaultRuntimeDir chemin-répertoire
Défaut:DefaultRuntimeDir DEFAULT_REL_RUNTIMEDIR (logs/)
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible depuis de la version 2.4.2 du serveur HTTP Apache

La directive DefaultRuntimeDir permet de définir le répertoire dans lequel le serveur va créer les différents fichiers relatifs à son exécution (mémoire partagée, verrous, etc...). Si le chemin spécifié est relatif, le chemin absolu sera généré relativement à la valeur de la directive ServerRoot.

Example

DefaultRuntimeDir scratch/

La valeur par défaut de la directive DefaultRuntimeDir peut être modifiée en changeant la valeur de la macro DEFAULT_REL_RUNTIMEDIR définie à la compilation.

Note: si la valeur de ServerRoot n'a pas été spécifiée avant d'utiliser cette directive, c'est la valeur par défaut de ServerRoot qui sera utilisée pour définir la base du répertoire.

Voir aussi

top

DefaultType Directive

Description:Les seuls effets de cette directive sont des émissions d'avertissements si sa valeur est différente de none. Dans les versions précédentes, DefaultType permettait de spécifier un type de média à assigner par défaut au contenu d'une réponse pour lequel aucun autre type de média n'avait été trouvé.
Syntaxe:DefaultType type média|none
Défaut:DefaultType none
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Tous les arguments, excepté none, sont DESACTIVÉS à partir de la version 2.3.0.

Cette directive a été désactivée. Pour la compatibilité ascendante avec les anciens fichiers de configuration, elle peut être spécifiée avec la valeur none, c'est à dire sans type de médium par défaut. Par exemple :

DefaultType None

DefaultType None n'est disponible que dans les versions d'Apache 2.2.7 et supérieures.

Utilisez le fichier de configuration mime.types et la directive AddType pour configurer l'assignement d'un type de médium via les extensions de fichiers, ou la directive ForceType pour attribuer un type de médium à des ressources spécifiques. Dans le cas contraire, le serveur enverra sa réponse sans champ d'en-tête Content-Type, et le destinataire devra déterminer lui-même le type de médium.

top

Define Directive

Description:Permet de définir une variable
Syntaxe:Define nom-paramètre [valeur-paramètre]
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core

Avec un seul paramètre, l'effet de la directive Define est identique à celui de l'argument -D du programme httpd. Il permet de modifier le comportement des sections <IfDefine> sans avoir à ajouter d'argument -D au sein des scripts de démarrage.

De plus, le second paramètre permet d'affecter une valeur à la variable définie par le premier. Cette variable peut être référencée dans le fichier de configuration via la syntaxe ${VAR}. La portée de la variable est toujours globale, et n'est jamais limitée à la section de configuration courante.

<IfDefine TEST>
  Define servername test.example.com
</IfDefine>
<IfDefine !TEST>
  Define servername www.example.com
  Define SSL
</IfDefine>

    DocumentRoot /var/www/${servername}/htdocs

Le caractère ":" est interdit dans les noms de variables afin d'éviter les conflits avec la syntaxe de la directive RewriteMap.

top

<Directory> Directive

Description:Regroupe un ensemble de directives qui ne s'appliquent qu'au répertoire concerné du système de fichiers, à ses sous-répertoires, et à leur contenu.
Syntaxe:<Directory chemin répertoire> ... </Directory>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Les balises <Directory> et </Directory> permettent de regrouper un ensemble de directives qui ne s'appliquent qu'au répertoire précisé, à ses sous-répertoires, et aux fichiers situés dans ces sous-répertoires. Toute directive autorisée dans un contexte de répertoire peut être utilisée. chemin répertoire est soit le chemin absolu d'un répertoire, soit une chaîne de caractères avec caractères génériques utilisant la comparaison Unix de style shell. Dans une chaîne de caractères avec caractères génériques, ? correspond à un caractère quelconque, et * à toute chaîne de caractères. Les intervalles de caractères [] sont aussi autorisés. Aucun caractère générique ne peut remplacer le caractère `/', si bien que l'expression <Directory /*/public_html> ne conviendra pas pour le chemin * /home/user/public_html, alors que <Directory /home/*/public_html> conviendra. Exemple :

<Directory "/usr/local/httpd/htdocs">
  Options Indexes FollowSymLinks
</Directory>

Soyez prudent avec l'argument chemin répertoire : il doit correspondre exactement au chemin du système de fichier qu'Apache httpd utilise pour accéder aux fichiers. Les directives comprises dans une section <Directory> ne s'appliqueront pas aux fichiers du même répertoire auxquels on aura accédé via un chemin différent, per exemple via un lien symbolique.

Les Expressions rationnelles peuvent aussi être utilisées en ajoutant le caractère ~. Par exemple :

<Directory ~ "^/www/[0-9]{3}">

</Directory>

pourra correspondre à tout répertoire situé dans /www/ et dont le nom se compose de trois chiffres.

Si plusieurs sections <Directory> (sans expression rationnelle) correspondent au répertoire (ou à un de ses parents) qui contient le document, les directives de la section <Directory> dont le chemin est le plus court sont appliquées en premier, en s'intercalant avec les directives des fichiers .htaccess. Par exemple, avec

<Directory />
  AllowOverride None
</Directory>

<Directory "/home">
  AllowOverride FileInfo
</Directory>

l'accès au document /home/web/dir/doc.html emprunte le chemin suivant :

Les directives associées aux répertoires sous forme d'expressions rationnelles ne sont prises en compte qu'une fois toutes les directives des sections sans expressions rationnelles appliquées. Alors, tous les répertoires avec expressions rationnelles sont testés selon l'ordre dans lequel ils apparaissent dans le fichier de configuration. Par exemple, avec

<Directory ~ "abc$">
  # ... directives ici ...
</Directory>

la section avec expression rationnelle ne sera prise en compte qu'après les sections <Directory> sans expression rationnelle et les fichiers .htaccess. Alors, l'expression rationnelle conviendra pour /home/abc/public_html/abc et la section <Directory> correspondante s'appliquera.

Notez que la politique d'accès par défaut dans les sections <Directory /> consiste à autoriser tout accès sans restriction. Ceci signifie qu'Apache httpd va servir tout fichier correspondant à une URL. Il est recommandé de modifier cette situation à l'aide d'un bloc du style

<Directory />
  Require all denied
</Directory>

puis d'affiner la configuration pour les répertoires que vous voulez rendre accessibles. Voir la page Conseils à propos de sécurité pour plus de détails.

Les sections <Directory> se situent dans le fichier httpd.conf. Les directives <Directory> ne peuvent pas être imbriquées et ne sont pas autorisées dans les sections <Limit> ou <LimitExcept>.

Voir aussi

top

<DirectoryMatch> Directive

Description:Regroupe des directives qui s'appliquent au contenu de répertoires du système de fichiers correspondant à une expression rationnelle
Syntaxe:<DirectoryMatch regex> ... </DirectoryMatch>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Les balises <DirectoryMatch> et </DirectoryMatch> permettent de regrouper un ensemble de directives qui ne s'appliqueront qu'au répertoire précisé (et aux fichiers qu'il contient), comme pour la section <Directory>. Cependant, le répertoire est précisé sous la forme d'une expression rationnelle. Par exemple :

<DirectoryMatch "^/www/(.+/)?[0-9]{3}">
    # ...
</DirectoryMatch>

conviendrait pour les sous-répertoires de /www/ dont le nom se compose de trois chiffres.

Compatibilité

Avant la version 2.3.9, cette directive s'appliquait aussi aux sous-répertoires (comme la directive <Directory>), et ne tenait pas compte du symbole de fin de ligne ($). Depuis la version 2.3.9, seuls les répertoires qui correspondent à l'expression sont affectés par les directives contenues dans la section.

slash de fin

Cette directive s'applique aux requêtes pour des répertoires avec ou sans slash de fin ; les expressions contenant un symbole de fin de ligne ($) doivent donc faire l'objet d'une attention particulière.

A partir de la version 2.4.8, les groupes nommés et les références arrières sont extraits et enregistrés dans l'environnement avec leur nom en majuscules et préfixé par "MATCH_". Ceci permet de référencer des URLs dans des expressions ou au sein de modules comme mod_rewrite. Pour éviter toute confusion, les références arrières numérotées (non nommées) sont ignorées. Vous devez utiliser à la place des groupes nommés.

<DirectoryMatch ^/var/www/combined/(?<sitename>[^/]+)>
    require ldap-group cn=%{env:MATCH_SITENAME},ou=combined,o=Example
</DirectoryMatch>

Voir aussi

top

DocumentRoot Directive

Description:Racine principale de l'arborescence des documents visible depuis Internet
Syntaxe:DocumentRoot chemin répertoire
Défaut:DocumentRoot /usr/local/apache/htdocs
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet de définir le répertoire à partir duquel httpd va servir les fichiers. S'il ne correspond pas à un Alias, le chemin de l'URL sera ajouté par le serveur à la racine des documents afin de construire le chemin du document recherché. Exemple :

DocumentRoot "/usr/web"

un accès à http://my.example.com/index.html se réfère alors à /usr/web/index.html. Si chemin répertoire n'est pas un chemin absolu, il est considéré comme relatif au chemin défini par la directive ServerRoot.

Le répertoire défini par la directive DocumentRoot ne doit pas comporter de slash final.

Voir aussi

top

<Else> Directive

Description:Contient des directives qui ne s'appliquent que si la condition correspondant à la section <If> ou <ElseIf> précédente n'est pas satisfaite par la requête à l'exécution
Syntaxe:<Else> ... </Else>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La section <Else> applique les directives qu'elle contient si et seulement si les conditions correspondant à la section <If> ou <ElseIf> immédiatement supérieure et dans la même portée n'ont pas été satisfaites. Par exemple, dans :

<If "-z req('Host')">
  # ...
</If>
<Else>
  # ...
</Else>

La condition de la section <If> serait satisfaite pour les requêtes HTTP/1.0 sans en-tête Host:, alors que celle de la section <Else> le serait pour les requêtes comportant un en-tête Host:.

Voir aussi

top

<ElseIf> Directive

Description:Contient des directives qui ne s'appliquent que si la condition correspondante est satisfaite par une requête à l'exécution, alors que la condition correspondant à la section <If> ou <ElseIf> précédente ne l'était pas.
Syntaxe:<ElseIf expression> ... </ElseIf>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La section <ElseIf> applique les directives qu'elle contient si et seulement si d'une part la condition correspondante est satisfaite, et d'autre part la condition correspondant à la section <If> ou <ElseIf> de la même portée ne l'est pas. Par exemple, dans :

<If "-R '10.1.0.0/16'">
  #...
</If>
<ElseIf "-R '10.0.0.0/8'">
  #...
</ElseIf>
<Else>
  #...
</Else>

La condition correspondant à la section <ElseIf> est satisfaite si l'adresse distante de la requête appartient au sous-réseau 10.0.0.0/8, mais pas si elle appartient au sous-réseau 10.1.0.0/16.

Voir aussi

top

EnableMMAP Directive

Description:Utilise la projection en mémoire (Memory-Mapping) pour lire les fichiers pendant qu'ils sont servis
Syntaxe:EnableMMAP On|Off
Défaut:EnableMMAP On
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

Cette directive définit si httpd peut utiliser la projection en mémoire (Memory-Mapping) quand il doit lire le contenu d'un fichier pendant qu'il est servi. Par défaut, lorsque le traitement d'une requête requiert l'accès aux données contenues dans un fichier -- par exemple, pour servir un fichier interprété par le serveur à l'aide de mod_include -- Apache httpd projette le fichier en mémoire si le système d'exploitation le permet.

Cette projection en mémoire induit parfois une amélioration des performances. Sur certains systèmes cependant, il est préférable de désactiver la projection en mémoire afin d'éviter certains problèmes opérationnels :

Pour les configurations de serveur sujettes à ce genre de problème, il est préférable de désactiver la projection en mémoire des fichiers servis en spécifiant :

EnableMMAP Off

Pour les montages NFS, cette fonctionnalité peut être explicitement désactivée pour les fichiers concernés en spécifiant :

<Directory "/path-to-nfs-files">
  EnableMMAP Off
</Directory>
top

EnableSendfile Directive

Description:Utilise le support sendfile du noyau pour servir les fichiers aux clients
Syntaxe:EnableSendfile On|Off
Défaut:EnableSendfile Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Par défaut à Off depuis la version 2.3.9.

Cette directive définit si le programme httpd peut utiliser le support sendfile du noyau pour transmettre le contenu des fichiers aux clients. Par défaut, lorsque le traitement d'une requête ne requiert pas l'accès aux données contenues dans un fichier -- par exemple, pour la transmission d'un fichier statique -- Apache httpd utilise sendfile pour transmettre le contenu du fichier sans même lire ce dernier, si le système d'exploitation le permet.

Ce mécanisme sendfile évite la séparation des opérations de lecture et d'envoi, ainsi que les réservations de tampons. sur certains systèmes cependant, ou sous certains systèmes de fichiers, il est préférable de désactiver cette fonctionnalité afin d'éviter certains problèmes opérationnels :

Pour les configurations de serveur non sujettes à ce genre de problème, vous pouvez activer cette fonctionnalité en spécifiant :

EnableSendfile On

Pour les montages réseau, cette fonctionnalité peut être explicitement désactivée pour les fichiers concernés en spécifiant :

<Directory "/path-to-nfs-files">
  EnableSendfile Off
</Directory>

Veuillez noter que la configuration de la directive EnableSendfile dans un contexte de répertoire ou de fichier .htaccess n'est pas supportée par mod_cache_disk. Le module ne prend en compte la définition de EnableSendfile que dans un contexte global.

top

Error Directive

Description:Interrompt la lecture de la configuration avec un message d'erreur personnalisé
Syntaxe:Error message
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:à partir de la version 2.3.9

Si une erreur peut être détectée dans la configuration, souvent un module manquant, cette directive peut être utilisée pour générer un message d'erreur personnalisé, et interrompre la lecture de la configuration.

# Exemple
# vérification du chargement de mod_include
<IfModule !include_module>
  Error "mod_include is required by mod_foo.  Load it with LoadModule."
</IfModule>

# vérification de la définition de SSL ou (exclusif) NOSSL
<IfDefine SSL>
<IfDefine NOSSL>
  Error "Both SSL and NOSSL are defined.  Define only one of them."
</IfDefine>
</IfDefine>
<IfDefine !SSL>
<IfDefine !NOSSL>
  Error "Either SSL or NOSSL must be defined."
</IfDefine>
</IfDefine>
top

ErrorDocument Directive

Description:Document que le serveur renvoie au client en cas d'erreur
Syntaxe:ErrorDocument code erreur document
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

Apache httpd peut traiter les problèmes et les erreurs de quatre manières,

  1. afficher un simple message d'erreur au contenu fixe
  2. afficher un message personnalisé
  3. rediriger en interne vers un chemin d'URL local pour traiter le problème ou l'erreur
  4. rediriger vers une URL externe pour traiter le problème ou l'erreur

La première option constitue le comportement par défaut; pour choisir une des trois autres options, il faut configurer Apache à l'aide de la directive ErrorDocument, suivie du code de la réponse HTTP et d'une URL ou d'un message. Apache httpd fournit parfois des informations supplémentaires à propos du problème ou de l'erreur.

Les URLs peuvent commencer par un slash (/) pour les chemins web locaux (relatifs au répertoire défini par la directive DocumentRoot), ou se présenter sous la forme d'une URL complète que le client pourra résoudre. Alternativement, un message à afficher par le navigateur pourra être fourni. Exemples :

ErrorDocument 500 http://foo.example.com/cgi-bin/tester
ErrorDocument 404 /cgi-bin/bad_urls.pl
ErrorDocument 401 /subscription_info.html
ErrorDocument 403 "Sorry can't allow you access today"
ErrorDocument 403 Forbidden!

De plus, on peut spécifier la valeur spéciale default pour indiquer l'utilisation d'un simple message d'Apache httpd codé en dur. Bien que non nécessaire dans des circonstances normales, la spécification de la valeur default va permettre de rétablir l'utilisation du simple message d'Apache httpd codé en dur pour les configurations qui sans cela, hériteraient d'une directive ErrorDocument existante.

ErrorDocument 404 /cgi-bin/bad_urls.pl

<Directory /web/docs>
  ErrorDocument 404 default
</Directory>

Notez que lorsque vous spécifiez une directive ErrorDocument pointant vers une URL distante (c'est à dire tout ce qui commence par le préfixe http), le serveur HTTP Apache va envoyer une redirection au client afin de lui indiquer où trouver le document, même dans le cas où ce document se trouve sur le serveur local. Ceci a de nombreuses conséquences dont la plus importante réside dans le fait que le client ne recevra pas le code d'erreur original, mais au contraire un code de statut de redirection. Ceci peut en retour semer la confusion chez les robots web et divers clients qui tentent de déterminer la validité d'une URL en examinant le code de statut. De plus, si vous utilisez une URL distante avec ErrorDocument 401, le client ne saura pas qu'il doit demander un mot de passe à l'utilisateur car il ne recevra pas le code de statut 401. C'est pourquoi, si vous utilisez une directive ErrorDocument 401, elle devra faire référence à un document par le biais d'un chemin local.

Microsoft Internet Explorer (MSIE) ignore par défaut les messages d'erreur générés par le serveur lorsqu'ils sont trop courts et remplacent ses propres messages d'erreur "amicaux". Le seuil de taille varie en fonction du type d'erreur, mais en général, si la taille de votre message d'erreur est supérieure à 512 octets, il y a peu de chances pour que MSIE l'occulte, et il sera affiché par ce dernier. Vous trouverez d'avantage d'informations dans l'article de la base de connaissances Microsoft Q294807.

Bien que la plupart des messages d'erreur internes originaux puissent être remplacés, ceux-ci sont cependant conservés dans certaines circonstances sans tenir compte de la définition de la directive ErrorDocument. En particulier, en cas de détection d'une requête mal formée, le processus de traitement normal des requêtes est immédiatement interrompu, et un message d'erreur interne est renvoyé, ceci afin de se prémunir contre les problèmes de sécurité liés aux requêtes mal formées.

Si vous utilisez mod_proxy, il est en général préférable d'activer ProxyErrorOverride afin d'être en mesure de produire des messages d'erreur personnalisés pour le compte de votre serveur d'origine. Si vous n'activez pas ProxyErrorOverride, Apache httpd ne générera pas de messages d'erreur personnalisés pour le contenu mandaté.

Voir aussi

top

ErrorLog Directive

Description:Définition du chemin du journal des erreurs
Syntaxe: ErrorLog chemin fichier|syslog[:facility]
Défaut:ErrorLog logs/error_log (Unix) ErrorLog logs/error.log (Windows and OS/2)
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive ErrorLog permet de définir le nom du fichier dans lequel le serveur va journaliser toutes les erreurs qu'il rencontre. Si le chemin fichier n'est pas absolu, il est considéré comme relatif au chemin défini par la directive ServerRoot.

ErrorLog "/var/log/httpd/error_log"

Si le chemin fichier commence par une barre verticale "(|)", il est considéré comme une commande à lancer pour traiter la journalisation de l'erreur.

ErrorLog "|/usr/local/bin/httpd_errors"

Voir les notes à propos des journaux redirigés pour plus d'informations.

L'utilisation de syslog à la place d'un nom de fichier active la journalisation via syslogd(8) si le système le supporte et si mod_syslog a été chargé. Le dispositif syslog par défaut est local7, mais vous pouvez le modifier à l'aide de la syntaxe syslog:facility, où facility peut être remplacé par un des noms habituellement documentés dans la page de man syslog(1). Le dispositif syslog local7 est global, et si il est modifié dans un serveur virtuel, le dispositif final spécifié affecte l'ensemble du serveur

ErrorLog syslog:user

Des modules additionnels peuvent implémenter leur propre fournisseur ErrorLog. La syntaxe est similaire à l'exemple syslog ci-dessus.

SECURITE : Voir le document conseils à propos de sécurité pour des détails sur les raisons pour lesquelles votre sécurité peut être compromise si le répertoire contenant les fichiers journaux présente des droits en écriture pour tout autre utilisateur que celui sous lequel le serveur est démarré.

Note

Lors de la spécification d'un chemin de fichier sur les plates-formes non-Unix, on doit veiller à n'utiliser que des slashes (/), même si la plate-forme autorise l'utilisation des anti-slashes (\). Et d'une manière générale, il est recommandé de n'utiliser que des slashes (/) dans les fichiers de configuration.

Voir aussi

top

ErrorLogFormat Directive

Description:Spécification du format des entrées du journal des erreurs
Syntaxe: ErrorLogFormat [connection|request] format
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive ErrorLogFormat permet de spécifier quelles informations supplémentaires vont être enregistrées dans le journal des erreurs en plus du message habituel.

# Exemple simple
ErrorLogFormat "[%t] [%l] [pid %P] %F: %E: [client %a] %M"

La spécification de connection ou request comme premier paramètre permet de définir des formats supplémentaires, ce qui a pour effet de journaliser des informations additionnelles lorsque le premier message est enregistré respectivement pour une connexion ou une requête spécifique. Ces informations additionnelles ne sont enregistrées qu'une seule fois par connexion/requête. Si le traitement d'une connexion ou d'une requête ne génère aucun message dans le journal, alors aucune information additionnelle n'est enregistrée.

Il peut arriver que certains items de la chaîne de format ne produisent aucune sortie. Par exemple, l'en-tête Referer n'est présent que si le message du journal est associé à une requête et s'il est généré à un moment où l'en-tête Referer a déjà été lu par le client. Si aucune sortie n'est générée, le comportement par défaut consiste à supprimer tout ce qui se trouve entre l'espace précédent et le suivant. Ceci implique que la ligne de journalisation est divisée en champs ne contenant pas d'espace séparés par des espaces. Si un item de la chaîne de format ne génère aucune sortie, l'ensemble du champ est omis. Par exemple, si l'adresse distante %a du format [%t] [%l] [%a] %M  n'est pas disponible, les crochets qui l'entourent ne seront eux-mêmes pas enregistrés. Il est possible d'échapper les espaces par un anti-slash afin qu'ils ne soient pas considérés comme séparateurs de champs. La combinaison '% ' (pourcentage espace) est un délimiteur de champ de taille nulle qui ne génère aucune sortie.

Ce comportement peut être changé en ajoutant des modificateurs à l'item de la chaîne de format. Le modificateur - (moins) provoque l'enregistrement d'un signe moins si l'item considéré ne génère aucune sortie. Pour les formats à enregistrement unique par connexion/requête, il est aussi possible d'utiliser le modificateur + (plus). Si un item ne générant aucune sortie possède le modificateur plus, la ligne dans son ensemble est omise.

Un modificateur de type entier permet d'assigner un niveau de sévérité à un item de format. L'item considéré ne sera journalisé que si la sévérité du message n'est pas plus haute que le niveau de sévérité spécifié. Les valeurs possibles vont de 1 (alert) à 15 (trace8), en passant par 4 (warn) ou 7 (debug).

Par exemple, voici ce qui arriverait si vous ajoutiez des modificateurs à l'item %{Referer}i qui enregistre le contenu de l'en-tête Referer.

Item modifiéSignification
%-{Referer}i Enregistre le caractère - si l'en-tête Referer n'est pas défini.
%+{Referer}i N'enregistre rien si l'en-tête Referer n'est pas défini.
%4{Referer}i N'enregistre le contenu de l'en-tête Referer que si la sévérité du message de journalisation est supérieure à 4.

Certains items de format acceptent des paramètres supplémentaires entre accolades.

Chaîne de format Description
%% Le signe pourcentage
%a Adresse IP et port clients
%{c}a Port et adresse IP sous-jacents du correspondant pour la connexion (voir le module mod_remoteip)
%A Adresse IP et port locaux
%{name}e Variable d'environnement de requête name
%E Etat d'erreur APR/OS et chaîne
%F Nom du fichier source et numéro de ligne de l'appel du journal
%{name}i En-tête de requête name
%k Nombre de requêtes persistantes pour cette connexion
%l Sévérité du message
%L Identifiant journal de la requête
%{c}L Identifiant journal de la connexion
%{C}L Identifiant journal de la connexion si utilisé dans la portée de la connexion, vide sinon
%m Nom du module qui effectue la journalisation du message
%M Le message effectif
%{name}n Note de requête name
%P Identifiant du processus courant
%T Identifiant du thread courant
%{g}T Identifiant unique de thread système du thread courant (l'identifiant affiché par la commande top par exemple ; seulement sous Linux pour l'instant)
%t L'heure courante
%{u}t L'heure courante avec les microsecondes
%{cu}t L'heure courante au format compact ISO 8601, avec les microsecondes
%v Le nom de serveur canonique ServerName du serveur courant.
%V Le nom de serveur du serveur qui sert la requête en accord avec la définition de la directive UseCanonicalName.
(anti-slash espace) Espace non délimiteur
(pourcentage espace) Délimiteur de champ (aucune sortie)

L'item de format identifiant journal %L génère un identifiant unique pour une connexion ou une requête. Il peut servir à déterminer quelles lignes correspondent à la même connexion ou requête ou quelle requête est associée à tel connexion. Un item de format %L est aussi disponible dans le module mod_log_config, mais il permet dans ce contexte de corréler les entrées du journal des accès avec celles du journal des erreurs. Si le module mod_unique_id est chargé, c'est son identifiant unique qui sera utilisé comme identifiant de journal pour les requêtes.

# Exemple (format par défaut pour les MPMs threadés)
ErrorLogFormat "[%{u}t] [%-m:%l] [pid %P:tid %T] %7F: %E: [client\ %a] %M% ,\ referer\ %{Referer}i"

Cet exemple renverrait un message d'erreur du style :

[Thu May 12 08:28:57.652118 2011] [core:error] [pid 8777:tid 4326490112] [client ::1:58619] File does not exist: /usr/local/apache2/htdocs/favicon.ico

Notez que, comme indiqué plus haut, certains champs sont totalement supprimés s'ils n'ont pas été définis.

# Exemple (similaire au format 2.2.x)
ErrorLogFormat "[%t] [%l] %7F: %E: [client\ %a] %M% ,\ referer\ %{Referer}i"
# Exemple avancé avec identifiants journal de requête/connexion
ErrorLogFormat "[%{uc}t] [%-m:%-l] [R:%L] [C:%{C}L] %7F: %E: %M"
ErrorLogFormat request "[%{uc}t] [R:%L] Request %k on C:%{c}L pid:%P tid:%T"
ErrorLogFormat request "[%{uc}t] [R:%L] UA:'%+{User-Agent}i'"
ErrorLogFormat request "[%{uc}t] [R:%L] Referer:'%+{Referer}i'"
ErrorLogFormat connection "[%{uc}t] [C:%{c}L] local\ %a remote\ %A"

Voir aussi

top

ExtendedStatus Directive

Description:Extrait des informations d'état étendues pour chaque requête
Syntaxe:ExtendedStatus On|Off
Défaut:ExtendedStatus Off
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Cette option permet d'extraire des données supplémentaires concernant la requête en cours de traitement pour un processus donné, ainsi qu'un résumé d'utilisation ; vous pouvez accéder à ces variables pendant l'exécution en configurant mod_status. Notez que d'autres modules sont susceptibles de s'appuyer sur ce tableau de bord.

Cette directive s'applique au serveur dans son ensemble, et ne peut pas être activée/désactivée pour un serveur virtuel particulier. Notez que l'extraction des informations d'état étendues peut ralentir le serveur. Notez aussi que cette définition ne peut pas être modifiée au cours d'un redémarrage graceful.

Notez que le chargement de mod_status définit automatiquement ExtendedStatus à On, et que d'autres modules tiers sont susceptibles d'en faire de même. De tels modules ont besoin d'informations détaillées à propos de l'état de tous les processus. Depuis la version 2.3.6, mod_status a définit la valeur par défaut à On, alors qu'elle était à Off dans les versions antérieures.

top

FileETag Directive

Description:Caractéristiques de fichier utilisées lors de la génération de l'en-tête de réponse HTTP ETag pour les fichiers statiques
Syntaxe:FileETag composant ...
Défaut:FileETag MTime Size
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:La valeur par défaut était "INode MTime Size" dans les versions 2.3.14 et antérieures.

La directive FileETag définit les caractéristiques de fichier utilisées lors de la génération de l'en-tête de réponse HTTP ETag (entity tag) quand le document est contenu dans un fichier statique(la valeur de ETag est utilisée dans le cadre de la gestion du cache pour préserver la bande passante réseau). La directive FileETag vous permet maintenant de choisir quelles caractéristiques du fichier vont être utilisées, le cas échéant. Les mots-clés reconnus sont :

INode
Le numéro d'i-node du fichier sera inclus dans le processus de génération
MTime
La date et l'heure auxquelles le fichier a été modifié la dernière fois seront incluses
Size
La taille du fichier en octets sera incluse
All
Tous les champs disponibles seront utilisés. Cette définition est équivalente à :
FileETag INode MTime Size
None
Si le document se compose d'un fichier, aucun champ ETag ne sera inclus dans la réponse

Les mots-clés INode, MTime, et Size peuvent être préfixés par + ou -, ce qui permet de modifier les valeurs par défaut héritées d'un niveau de configuration plus général. Tout mot-clé apparaissant sans aucun préfixe annule entièrement et immédiatement les configurations héritées.

Si la configuration d'un répertoire contient FileETag INode MTime Size, et si un de ses sous-répertoires contient FileETag -INode, la configuration de ce sous-répertoire (qui sera propagée vers tout sous-répertoire qui ne la supplante pas), sera équivalente à FileETag MTime Size.

Avertissement

Ne modifiez pas les valeurs par défaut pour les répertoires ou localisations où WebDAV est activé et qui utilisent mod_dav_fs comme fournisseur de stockage. mod_dav_fs utilise MTime Size comme format fixe pour les comparaisons de champs ETag dans les requêtes conditionnelles. Ces requêtes conditionnelles échoueront si le format ETag est modifié via la directive FileETag.

Inclusions côté serveur

Aucun champ ETag n'est généré pour les réponses interprétées par mod_include, car l'entité de la réponse peut changer sans modification de l'INode, du MTime, ou de la taille du fichier statique contenant les directives SSI.
top

<Files> Directive

Description:Contient des directives qui s'appliquent aux fichiers précisés
Syntaxe:<Files nom fichier> ... </Files>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La directive <Files> limite la portée des directives qu'elle contient aux fichiers précisés. Elle est comparable aux directives <Directory> et <Location>. Elle doit se terminer par une balise </Files>. Les directives contenues dans cette section s'appliqueront à tout objet dont le nom de base (la dernière partie du nom de fichier) correspond au fichier spécifié. Les sections <Files> sont traitées selon l'ordre dans lequel elles apparaissent dans le fichier de configuration, après les sections <Directory> et la lecture des fichiers .htaccess, mais avant les sections <Location>. Notez que les sections <Files> peuvent être imbriquées dans les sections <Directory> afin de restreindre la portion du système de fichiers à laquelle ces dernières vont s'appliquer.

L'argument filename peut contenir un nom de fichier ou une chaîne de caractères avec caractères génériques, où ? remplace un caractère, et * toute chaîne de caractères.

<Files "cat.html">
    # Insérer ici des directives qui s'appliquent au fichier cat.html
</Files>

<Files "?at.*">
    # Les directives insérées ici s'appliqueront aux fichiers
    # cat.html, bat.html, hat.php, et ainsi de suite.
</Files>

On peut aussi utiliser les Expressions rationnelles en ajoutant la caractère ~. Par exemple :

<Files ~ "\.(gif|jpe?g|png)$">
    #...
</Files>

correspondrait à la plupart des formats graphiques de l'Internet. Il est cependant préférable d'utiliser la directive <FilesMatch>.

Notez qu'à la différence des sections <Directory> et <Location>, les sections <Files> peuvent être utilisées dans les fichiers .htaccess. Ceci permet aux utilisateurs de contrôler l'accès à leurs propres ressources, fichier par fichier.

Voir aussi

top

<FilesMatch> Directive

Description:Contient des directives qui s'appliquent à des fichiers spécifiés sous la forme d'expressions rationnelles
Syntaxe:<FilesMatch expression rationnelle> ... </FilesMatch>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La section <FilesMatch> limite la portée des directives qu'elle contient aux fichiers spécifiés, tout comme le ferait une section <Files>. Mais elle accepte aussi les expressions rationnelles. Par exemple :

<FilesMatch "\.(gif|jpe?g|png)$">
    # ...
</FilesMatch>

correspondrait à la plupart des formats graphiques de l'Internet.

A partir de la version 2.4.8, les groupes nommés et les références arrières sont extraits et enregistrés dans l'environnement avec leur nom en majuscules et préfixé par "MATCH_". Ceci permet de référencer des URLs dans des expressions ou au sein de modules comme mod_rewrite. Pour éviter toute confusion, les références arrières numérotées (non nommées) sont ignorées. Vous devez utiliser à la place des groupes nommés.

<FilesMatch ^(?<sitename>[^/]+)>
    require ldap-group cn=%{env:MATCH_SITENAME},ou=combined,o=Example
</FilesMatch>

Voir aussi

top

ForceType Directive

Description:Force le type de médium spécifié dans le champ d'en-tête HTTP Content-Type pour les fichiers correspondants
Syntaxe:ForceType type médium|None
Contexte:répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

Lorsqu'elle est placée dans un fichier .htaccess ou une section <Directory>, <Location>, ou <Files>, cette directive force l'identification du type MIME des fichiers spécifiés à la valeur de l'argument type médium. Par exemple, si vous possédez un répertoire ne contenant que des fichiers GIF, et si vous ne voulez pas leur ajouter l'extension .gif, vous pouvez utiliser :

ForceType image/gif

Notez que cette directive l'emporte sur d'autres associations de type de médium indirectes définies dans mime.types ou via la directive AddType.

Vous pouvez aussi annuler toute définition plus générale de ForceType en affectant la valeur None à l'argument type médium :

# force le type MIME de tous les fichiers à image/gif:
<Location /images>
  ForceType image/gif
</Location>

# mais utilise les méthodes classiques d'attribution du type MIME
# dans le sous-répertoire suivant :
<Location /images/mixed>
  ForceType None
</Location>

A la base, cette directive écrase le type de contenu généré pour les fichiers statiques servis à partir du sytème de fichiers. Pour les ressources autres que les fichiers statiques pour lesquels le générateur de réponse spécifie en général un type de contenu, cette directive est ignorée.

top

GprofDir Directive

Description:Répertoire dans lequel écrire les données de profiling gmon.out.
Syntaxe:GprofDir /tmp/gprof/|/tmp/gprof/%
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Lorsque le serveur a été compilé avec le support du profiling gprof, la directive GprofDir permet de spécifier dans quel répertoire les fichiers gmon.out doivent être écrits lorsque le processus s'arrête. Si l'argument se termine par un caractère pourcentage ('%'), des sous-répertoires sont créés pour chaque identifiant de processus.

Cette directive ne fonctionne actuellement qu'avec le MPM prefork.

top

HostnameLookups Directive

Description:Active la recherche DNS sur les adresses IP des clients
Syntaxe:HostnameLookups On|Off|Double
Défaut:HostnameLookups Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core

Cette directive active la recherche DNS afin de pouvoir journaliser les nom d'hôtes (et les passer aux programmes CGI et aux inclusions SSI via la variable REMOTE_HOST). La valeur Double déclenche une double recherche DNS inverse. En d'autres termes, une fois la recherche inverse effectuée, on lance une recherche directe sur le résultat de cette dernière. Au moins une des adresses IP fournies par la recherche directe doit correspondre à l'adresse originale (ce que l'on nomme PARANOID dans la terminologie "tcpwrappers").

Quelle que soit la configuration, lorsqu'on utilise mod_authz_host pour contrôler l'accès en fonction du nom d'hôte, une double recherche DNS inverse est effectuée, sécurité oblige. Notez cependant que le résultat de cette double recherche n'est en général pas accessible, à moins que vous n'ayez spécifié HostnameLookups Double. Par exemple, si vous n'avez spécifié que HostnameLookups On, et si une requête concerne un objet protégé par des restrictions en fonction du nom d'hôte, quel que soit le résultat de la double recherche inverse, les programmes CGI ne recevront que le résultat de la recherche inverse simple dans la variable REMOTE_HOST.

La valeur par défaut est Off afin de préserver le traffic réseau des sites pour lesquels la recherche inverse n'est pas vraiment nécessaire. Cette valeur par défaut est aussi bénéfique pour les utilisateurs finaux car il n'ont ainsi pas à subir de temps d'attente supplémentaires dus aux recherches DNS. Les sites fortement chargés devraient laisser cette directive à Off, car les recherches DNS peuvent prendre des temps très longs. Vous pouvez éventuellement utiliser hors ligne l'utilitaire logresolve, compilé par défaut dans le sous-répertoire bin de votre répertoire d'installation, afin de déterminer les noms d'hôtes associés aux adresses IP journalisées.

Enfin, si vous avez des directives Require à base de nom, une recherche de nom d'hôte sera effectuée quelle que soit la définition de la directive HostnameLookups.

top

<If> Directive

Description:Contient des directives qui ne s'appliquent que si une condition est satisfaite au cours du traitement d'une requête
Syntaxe:<If expression> ... </If>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La directive <If> évalue une expression à la volée, et applique les directives qu'elle contient si et seulement si l'expression renvoie la valeur "vrai". Par exemple :

<If "-z req('Host')">

serait satisfaite pour les requêtes HTTP/1.0 sans en-tête Host:. Les expressions peuvent contenir différents opérateurs de type shell pour la comparaison de chaînes (==, !=, <, ...), la comparaison d'entiers (-eq, -ne, ...), ou à usages divers (-n, -z, -f, ...). Les expressions rationnelles sont aussi supportées,

<If "%{QUERY_STRING} =~ /(delete|commit)=.*?elem/">

ainsi que les comparaison de modèles de type shell et de nombreuses autres opérations. Ces opérations peuvent être effectuées sur les en-têtes de requêtes (req), les variables d'environnement (env), et un grand nombre d'autres propriétés. La documentation complète est disponible dans Les expressions dans le serveur HTTP Apache.

Cette section de configuration ne peut contenir que des directives qui supportent le contexte de répertoire.

Voir aussi

top

<IfDefine> Directive

Description:Contient des directives qui ne s'appliqueront que si un test retourne "vrai" au démarrage du serveur
Syntaxe:<IfDefine [!]paramètre> ... </IfDefine>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La section <IfDefine test>...</IfDefine> permet de conférer un caractère conditionnel à un ensemble de directives. Les directives situées à l'intérieur d'une section <IfDefine> ne s'appliquent que si test est vrai. Si test est faux, tout ce qui se trouve entre les balises de début et de fin est ignoré.

test peut se présenter sous deux formes :

Dans le premier cas, les directives situées entre les balises de début et de fin ne s'appliqueront que si le paramètre nommé nom paramètre est défini. Le second format inverse le test, et dans ce cas, les directives ne s'appliqueront que si nom paramètre n'est pas défini.

L'argument nom paramètre est une définition qui peut être effectuée par la ligne de commande httpd via le paramètre -Dparamètre au démarrage du serveur, ou via la directive Define.

Les sections <IfDefine> peuvent être imbriquées, ce qui permet d'implémenter un test multi-paramètres simple. Exemple :

httpd -DReverseProxy -DUseCache -DMemCache ...

<IfDefine ReverseProxy>
  LoadModule proxy_module   modules/mod_proxy.so
  LoadModule proxy_http_module   modules/mod_proxy_http.so
  <IfDefine UseCache>
    LoadModule cache_module   modules/mod_cache.so
    <IfDefine MemCache>
      LoadModule mem_cache_module   modules/mod_mem_cache.so
    </IfDefine>
    <IfDefine !MemCache>
      LoadModule cache_disk_module   modules/mod_cache_disk.so
    </IfDefine>
  </IfDefine>
</IfDefine>
top

<IfModule> Directive

Description:Contient des directives qui ne s'appliquent qu'en fonction de la présence ou de l'absence d'un module spécifique
Syntaxe:<IfModule [!]fichier module|identificateur module> ... </IfModule>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La section <IfModule test>...</IfModule> permet de conférer à des directives un caractère conditionnel basé sur la présence d'un module spécifique. Les directives situées dans une section <IfModule> ne s'appliquent que si test est vrai. Si test est faux, tout ce qui se trouve entre les balises de début et de fin est ignoré.

test peut se présenter sous deux formes :

Dans le premier cas, les directives situées entre les balises de début et de fin ne s'appliquent que si le module module est présent -- soit compilé avec le binaire Apache httpd, soit chargé dynamiquement via la directive LoadModule. Le second format inverse le test, et dans ce cas, les directives ne s'appliquent que si module n'est pas présent.

L'argument module peut contenir soit l'identificateur du module, soit le nom du fichier source du module. Par exemple, rewrite_module est un identificateur et mod_rewrite.c le nom du fichier source correspondant. Si un module comporte plusieurs fichiers sources, utilisez le nom du fichier qui contient la chaîne de caractères STANDARD20_MODULE_STUFF.

Les sections <IfModule> peuvent être imbriquées, ce qui permet d'implémenter des tests multi-modules simples.

Cette section ne doit être utilisée que si votre fichier de configuration ne fonctionne qu'en fonction de la présence ou de l'absence d'un module spécifique. D'une manière générale, il n'est pas nécessaire de placer les directives à l'intérieur de sections <IfModule>.
top

Include Directive

Description:Inclut d'autres fichiers de configuration dans un des fichiers de configuration du serveur
Syntaxe:Include chemin-fichier|chemin-répertoire|wildcard
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Utilisation des caractères génériques dans la partie chemin depuis la version 2.3.6

Cette directive permet l'inclusion d'autres fichiers de configuration dans un des fichiers de configuration du serveur.

On peut utiliser des caractères génériques de style Shell (fnmatch()) aussi bien dans la partie nom de fichier du chemin que dans la partie répertoires pour inclure plusieurs fichiers en une seule fois, selon leur ordre alphabétique. De plus, si la directive Include pointe vers un répertoire, Apache httpd inclura tous les fichiers de ce répertoire et de tous ces sous-répertoires. L'inclusion de répertoires entiers est cependant déconseillée, car il est fréquent d'oublier des fichiers temporaires dans un répertoire, ce qui causerait une erreur httpd en cas d'inclusion. Pour inclure des fichiers qui correspondent à un certain modèle, comme *.conf par exemple, nous vous recommandons d'utiliser plutôt la syntaxe avec caractères génériques comme ci-dessous.

La directive Include échouera avec un code d'erreur si une expression contenant des caractères génériques ne correspond à aucun fichier. Pour ignorer les expressions contenant des caractères génériques ne correspondant à aucun fichier, utilisez la directive IncludeOptional.

Le chemin fichier spécifié peut être soit un chemin absolu, soit un chemin relatif au répertoire défini par la directive ServerRoot.

Exemples :

Include /usr/local/apache2/conf/ssl.conf
Include /usr/local/apache2/conf/vhosts/*.conf

ou encore, avec des chemins relatifs au répertoire défini par la directive ServerRoot :

Include conf/ssl.conf
Include conf/vhosts/*.conf

On peut aussi insérer des caractères génériques dans la partie répertoires du chemin. Dans l'exemple suivant, la directive échouera si aucun sous-répertoire de conf/vhosts ne contient au moins un fichier *.conf :

Include conf/vhosts/*/*.conf

Par contre, dans l'exemple suivant, la directive sera simplement ignorée si aucun sous-répertoire de conf/vhosts ne contient au moins un fichier *.conf :

IncludeOptional conf/vhosts/*/*.conf

Voir aussi

top

IncludeOptional Directive

Description:Inclusion de fichiers dans le fichier de configuration
Syntaxe:IncludeOptional chemin-fichier|chemin-répertoire|wildcard
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible à partir de la version 2.3.6 du serveur HTTP Apache

Cette directive permet d'inclure des fichiers dans les fichiers de configuration du serveur. Elle fonctionne de manière identique à la directive Include, à l'exception du fait que si l'expression avec caractères génériques wilcard ne correspond à aucun fichier ou répertoire, elle sera ignorée silencieusement au lieu de causer une erreur.

Voir aussi

top

KeepAlive Directive

Description:Active les connexions HTTP persistantes
Syntaxe:KeepAlive On|Off
Défaut:KeepAlive On
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

L'extension Keep-Alive de HTTP/1.0 et l'implémentation des connexions persistantes dans HTTP/1.1 ont rendu possibles des sessions HTTP de longue durée, ce qui permet de transmettre plusieurs requêtes via la même connexion TCP. Dans certains cas, le gain en rapidité pour des documents comportant de nombreuses images peut atteindre 50%. Pour activer les connexions persistantes, définissez KeepAlive On.

Pour les clients HTTP/1.0, les connexions persistantes ne seront mises en oeuvre que si elles ont été spécialement demandées par un client. De plus, une connexion persistante avec un client HTTP/1.0 ne peut être utilisée que si la taille du contenu est connue d'avance. Ceci implique que les contenus dynamiques comme les sorties CGI, les pages SSI, et les listings de répertoires générés par le serveur n'utiliseront en général pas les connexions persistantes avec les clients HTTP/1.0. Avec les clients HTTP/1.1, les connexions persistantes sont utilisées par défaut, sauf instructions contraires. Si le client le demande, le transfert par tronçons de taille fixe (chunked encoding) sera utilisé afin de transmettre un contenu de longueur inconnue via une connexion persistante.

Lorsqu'un client utilise une connexion persistante, elle comptera pour une seule requête pour la directive MaxConnectionsPerChild, quel que soit le nombre de requêtes transmises via cette connexion.

Voir aussi

top

KeepAliveTimeout Directive

Description:Durée pendant laquelle le serveur va attendre une requête avant de fermer une connexion persistante
Syntaxe:KeepAliveTimeout nombre[ms]
Défaut:KeepAliveTimeout 5
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Le nombre de secondes pendant lesquelles Apache httpd va attendre une requête avant de fermer la connexion. Le délai peut être défini en millisecondes en suffixant sa valeur par ms. La valeur du délai spécifiée par la directive Timeout s'applique dès qu'une requête a été reçue.

Donner une valeur trop élévée à KeepAliveTimeout peut induire des problèmes de performances sur les serveurs fortement chargés. Plus le délai est élévé, plus nombreux seront les processus serveur en attente de requêtes de la part de clients inactifs.

Dans un contexte de serveur virtuel à base de nom, c'est la valeur de la paire adresse IP/port du serveur virtuel qui correspond le mieux qui sera utilisée.

top

<Limit> Directive

Description:Limite les contrôles d'accès que la section contient à certaines méthodes HTTP
Syntaxe:<Limit méthode [méthode] ... > ... </Limit>
Contexte:répertoire, .htaccess
AllowOverride:AuthConfig, Limit
Statut:Core
Module:core

Les contrôles d'accès s'appliquent normalement à toutes les méthodes d'accès, et c'est en général le comportement souhaité. Dans le cas général, les directives de contrôle d'accès n'ont pas à être placées dans une section <Limit>.

La directive <Limit> a pour but de limiter les effets des contrôles d'accès aux méthodes HTTP spécifiées. Pour toutes les autres méthodes, les restrictions d'accès contenues dans la section <Limit> n'auront aucun effet. L'exemple suivant n'applique les contrôles d'accès qu'aux méthodes POST, PUT, et DELETE, en laissant les autres méthodes sans protection :

<Limit POST PUT DELETE>
  Require valid-user
</Limit>

La liste des noms de méthodes peut contenir une ou plusieurs valeurs parmi les suivantes : GET, POST, PUT, DELETE, CONNECT, OPTIONS, PATCH, PROPFIND, PROPPATCH, MKCOL, COPY, MOVE, LOCK, et UNLOCK. Le nom de méthode est sensible à la casse. Si la valeur GET est présente, les requêtes HEAD seront aussi concernées. La méthode TRACE ne peut pas être limitée (voir la directive TraceEnable).

Une section <LimitExcept> doit toujours être préférée à une section <Limit> pour la restriction d'accès, car une section <LimitExcept> fournit une protection contre les méthodes arbitraires.

Les directives <Limit> et <LimitExcept> peuvent être imbriquées. Dans ce cas, pour chaque niveau des directives <Limit> ou <LimitExcept>, ces dernières doivent restreindre l'accès pour les méthodes auxquelles les contrôles d'accès s'appliquent.

Lorsqu'on utilise les directives <Limit> ou <LimitExcept> avec la directive Require, la première directive Require dont la condition est satisfaite autorise la requête, sans tenir compte de la présence d'autres directives Require.

Par exemple, avec la configuration suivante, tous les utilisateurs seront autorisés à effectuer des requêtes POST, et la directive Require group editors sera ignorée dans tous les cas :

<LimitExcept GET>
  Require valid-user
</LimitExcept>
<Limit POST>
  Require group editors
</Limit>
top

<LimitExcept> Directive

Description:Applique les contrôles d'accès à toutes les méthodes HTTP, sauf celles qui sont spécifiées
Syntaxe:<LimitExcept méthode [méthode] ... > ... </LimitExcept>
Contexte:répertoire, .htaccess
AllowOverride:AuthConfig, Limit
Statut:Core
Module:core

<LimitExcept> et </LimitExcept> permettent de regrouper des directives de contrôle d'accès qui s'appliqueront à toutes les méthodes d'accès HTTP qui ne font pas partie de la liste des arguments ; en d'autres termes, elles ont un comportement opposé à celui de la section <Limit>, et on peut les utiliser pour contrôler aussi bien les méthodes standards que les méthodes non standards ou non reconnues. Voir la documentation de la section <Limit> pour plus de détails.

Par exemple :

<LimitExcept POST GET>
  Require valid-user
</LimitExcept>
top

LimitInternalRecursion Directive

Description:Détermine le nombre maximal de redirections internes et de sous-requêtes imbriquées
Syntaxe:LimitInternalRecursion nombre [nombre]
Défaut:LimitInternalRecursion 10
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Une redirection interne survient, par exemple, quand on utilise la directive Action qui redirige en interne la requête d'origine vers un script CGI. Une sous-requête est le mécanisme qu'utilise Apache httpd pour déterminer ce qui se passerait pour un URI s'il faisait l'objet d'une requête. Par exemple, mod_dir utilise les sous-requêtes pour rechercher les fichiers listés dans la directive DirectoryIndex.

La directive LimitInternalRecursion permet d'éviter un crash du serveur dû à un bouclage infini de redirections internes ou de sous-requêtes. De tels bouclages sont dus en général à des erreurs de configuration.

La directive accepte, comme arguments, deux limites qui sont évaluées à chaque requête. Le premier nombre est le nombre maximum de redirections internes qui peuvent se succéder. Le second nombre détermine la profondeur d'imbrication maximum des sous-requêtes. Si vous ne spécifiez qu'un seul nombre, il sera affecté aux deux limites.

LimitInternalRecursion 5
top

LimitRequestBody Directive

Description:limite la taille maximale du corps de la requête HTTP envoyée par le client
Syntaxe:LimitRequestBody octets
Défaut:LimitRequestBody 0
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

Cette directive spécifie la taille maximale autorisée pour le corps d'une requête ; la valeur de l'argument octets va de 0 (pour une taille illimitée), à 2147483647 (2Go). Voir la note ci-dessous pour la limite d'applicabilité aux requêtes mandatées.

La directive LimitRequestBody permet de définir une limite pour la taille maximale autorisée du corps d'une requête HTTP en tenant compte du contexte dans lequel la directive a été placée (c'est à dire au niveau du serveur, d'un répertoire, d'un fichier ou d'une localisation). Si la requête du client dépasse cette limite, le serveur répondra par un message d'erreur et ne traitera pas la requête. La taille du corps d'une requête normale va varier de manière importante en fonction de la nature de la ressource et des méthodes autorisées pour cette dernière. Les scripts CGI utilisent souvent le corps du message pour extraire les informations d'un formulaire. Les implémentations de la méthode PUT nécessitent une valeur au moins aussi élevée que la taille maximale des représentations que le serveur désire accepter pour cette ressource.

L'administrateur du serveur peut utiliser cette directive pour contrôler plus efficacement les comportements anormaux des requêtes des clients, ce qui lui permettra de prévenir certaines formes d'attaques par déni de service.

Si par exemple, vous autorisez le chargement de fichiers vers une localisation particulière, et souhaitez limiter la taille des fichiers chargés à 100Ko, vous pouvez utiliser la directive suivante :

LimitRequestBody 102400

Pour une description détaillée de la manière dont cette directive est interprétée par les requêtes mandatées, voir la documentation du module mod_proxy.

top

LimitRequestFields Directive

Description:Limite le nombre de champs d'en-tête autorisés dans une requête HTTP
Syntaxe:LimitRequestFields nombre
Défaut:LimitRequestFields 100
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

nombre est un entier de 0 (nombre de champs illimité) à 32767. La valeur par défaut est définie à la compilation par la constante DEFAULT_LIMIT_REQUEST_FIELDS (100 selon la distribution).

La directive LimitRequestFields permet à l'administrateur du serveur de modifier le nombre maximum de champs d'en-tête autorisés dans une requête HTTP. Pour un serveur, cette valeur doit être supérieure au nombre de champs qu'une requête client normale peut contenir. Le nombre de champs d'en-tête d'une requête qu'un client utilise dépasse rarement 20, mais ce nombre peut varier selon les implémentations des clients, et souvent en fonction des extensions que les utilisateurs configurent dans leurs navigateurs pour supporter la négociation de contenu détaillée. Les extensions HTTP optionnelles utilisent souvent les champs d'en-tête des requêtes.

L'administrateur du serveur peut utiliser cette directive pour contrôler plus efficacement les comportements anormaux des requêtes des clients, ce qui lui permettra de prévenir certaines formes d'attaques par déni de service. La valeur spécifiée doit être augmentée si les clients standards reçoivent une erreur du serveur indiquant que la requête comportait un nombre d'en-têtes trop important.

Par exemple :

LimitRequestFields 50

Avertissement

Dans le cas des serveurs virtuels à base de noms, la valeur de cette directive est extraite du serveur virtuel par défaut (le premier de la liste) pour la paire adresse IP/port.

top

LimitRequestFieldSize Directive

Description:Dédinit la taille maximale autorisée d'un en-tête de requête HTTP
Syntaxe:LimitRequestFieldSize octets
Défaut:LimitRequestFieldSize 8190
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet de définir le nombre maximum d'octets autorisés dans un en-tête de requête HTTP.

La directive LimitRequestFieldSize permet à l'administrateur du serveur de définir la taille maximale autorisée d'un en-tête de requête HTTP. Pour un serveur, cette valeur doit être suffisamment grande pour contenir tout en-tête d'une requête client normale. La taille d'un champ d'en-tête de requête normal va varier selon les implémentations des clients, et en fonction des extensions que les utilisateurs configurent dans leurs navigateurs pour supporter la négociation de contenu détaillée. Les en-têtes d'authentification SPNEGO peuvent atteindre une taille de 12392 octets.

>L'administrateur du serveur peut utiliser cette directive pour contrôler plus efficacement les comportements anormaux des requêtes des clients, ce qui lui permettra de prévenir certaines formes d'attaques par déni de service.

Par exemple ::

LimitRequestFieldSize 4094
Dans des conditions normales, la valeur par défaut de cette directive ne doit pas être modifiée.

Avertissement

Dans le cas des serveurs virtuels à base de noms, la valeur de cette directive est extraite du serveur virtuel par défaut (le premier de la liste) pour lequel la paire adresse IP/port correspond le mieux.

top

LimitRequestLine Directive

Description:Définit la taille maximale d'une ligne de requête HTTP
Syntaxe:LimitRequestLine octets
Défaut:LimitRequestLine 8190
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet de définir la taille maximale autorisée pour une ligne de requête HTTP en octets.

La directive LimitRequestLine permet à l'administrateur du serveur de définir la taille maximale autorisée d'une ligne de requête HTTP client. Comme une requête comporte une méthode HTTP, un URI, et une version de protocole, la directive LimitRequestLine impose une restriction sur la longueur maximale autorisée pour un URI dans une requête au niveau du serveur. Pour un serveur, cette valeur doit être suffisamment grande pour référencer les noms de toutes ses ressources, y compris toutes informations pouvant être ajoutées dans la partie requête d'une méthode GET.

L'administrateur du serveur peut utiliser cette directive pour contrôler plus efficacement les comportements anormaux des requêtes des clients, ce qui lui permettra de prévenir certaines formes d'attaques par déni de service.

Par exemple :

LimitRequestLine 4094
Dans des conditions normales, la valeur par défaut de cette directive ne doit pas être modifiée. En outre, vous ne pouvez pas spécifier une valeur supérieure à 8190 sans modifier le code source et recompiler.

Avertissement

Dans le cas des serveurs virtuels à base de noms, la valeur de cette directive est extraite du serveur virtuel par défaut (le premier de la liste) pour lequel la paire adresse IP/port correspond le mieux.

top

LimitXMLRequestBody Directive

Description:Définit la taille maximale du corps d'une requête au format XML
Syntaxe:LimitXMLRequestBody octets
Défaut:LimitXMLRequestBody 1000000
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

Taille maximale (en octets) du corps d'une requête au format XML. Une valeur de 0 signifie qu'aucune limite n'est imposée.

Exemple :

LimitXMLRequestBody 0
top

<Location> Directive

Description:N'applique les directives contenues qu'aux URLs spécifiées
Syntaxe:<Location chemin URL|URL> ... </Location>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive <Location> limite la portée des directives contenues aux URLs définies par l'argument URL. Elle est similaire à la directive <Directory>, et marque le début d'une section qui se termine par une directive </Location>. Les sections <Location> sont traitées selon l'ordre dans lequel elles apparaissent dans le fichier de configuration, mais après les sections <Directory> et la lecture des fichiers .htaccess, et après les sections <Files>.

Les sections <Location> agissent complètement en dehors du système de fichiers. Ceci a de nombreuses conséquences. Parmi les plus importantes, on ne doit pas utiliser les sections <Location> pour contrôler l'accès aux répertoires du système de fichiers. Comme plusieurs URLs peuvent correspondre au même répertoire du système de fichiers, un tel contrôle d'accès pourrait être contourné.

Les directives que contient cette section seront appliquées aux requêtes si la partie chemin de l'URL satisfait à l'un au moins de ces critères :

Dans l'exemple ci-dessous, où aucun slash de fin n'est utilisé, les directives contenues dans la section s'appliqueront à /private1, /private1/ et /private1/file.txt, mais pas à /private1other.

<Location /private1>
    #  ...
</Location>

De même, dans l'exemple ci-dessous, où l'on utilise un slash de fin, les directives contenues dans la section s'appliqueront à /private2/ et à /private2/file.txt, mais pas à /private2other.

<Location /private2/>
    # ...
</Location>

Quand utiliser la section <Location>

Vous pouvez utiliser une section <Location> pour appliquer des directives à des contenus situés en dehors du système de fichiers. Pour les contenus situés à l'intérieur du système de fichiers, utilisez plutôt les sections <Directory> et <Files>. <Location /> constitue une exception et permet d'appliquer aisément une configuration à l'ensemble du serveur.

Pour toutes les requêtes originales (non mandatées), l'argument URL est un chemin d'URL de la forme /chemin/. Aucun protocole, nom d'hôte, port, ou chaîne de requête ne doivent apparaître. Pour les requêtes mandatées, l'URL spécifiée doit être de la forme protocole://nom_serveur/chemin, et vous devez inclure le préfixe.

L'URL peut contenir des caractères génériques. Dans une chaîne avec caractères génériques, ? correspond à un caractère quelconque, et * à toute chaîne de caractères. Les caractères génériques ne peuvent pas remplacer un / dans le chemin URL.

On peut aussi utiliser les Expressions rationnelles, moyennant l'addition d'un caractère ~. Par exemple :

<Location ~ "/(extra|special)/data">
    #...
</Location>

concernerait les URLs contenant les sous-chaîne /extra/data ou /special/data. La directive <LocationMatch> présente un comportement identique à la version avec expressions rationnelles de la directive <Location>, et son utilisation est préférable à l'utilisation de cette dernière pour la simple raison qu'il est difficile de distinguer ~ de - dans la plupart des fontes.

La directive <Location> s'utilise principalement avec la directive SetHandler. Par exemple, pour activer les requêtes d'état, mais ne les autoriser que depuis des navigateurs appartenant au domaine example.com, vous pouvez utiliser :

<Location /status>
  SetHandler server-status
  Require host example.com
</Location>

Note à propos du slash (/)

La signification du caractère slash dépend de l'endroit où il se trouve dans l'URL. Les utilisateurs peuvent être habitués à son comportement dans le système de fichiers où plusieurs slashes successifs sont souvent réduits à un slash unique (en d'autres termes, /home///foo est identique à /home/foo). Dans l'espace de nommage des URLs, ce n'est cependant pas toujours le cas. Pour la directive <LocationMatch> et la version avec expressions rationnelles de la directive <Location>, vous devez spécifier explicitement les slashes multiples si telle est votre intention.

Par exemple, <LocationMatch ^/abc> va correspondre à l'URL /abc mais pas à l'URL //abc. La directive <Location> sans expression rationnelle se comporte de la même manière lorsqu'elle est utilisée pour des requêtes mandatées. Par contre, lorsque la directive <Location> sans expression rationnelle est utilisée pour des requêtes non mandatées, elle fera correspondre implicitement les slashes multiples à des slashes uniques. Par exemple, si vous spécifiez <Location /abc/def>, une requête de la forme /abc//def correspondra.

Voir aussi

top

<LocationMatch> Directive

Description:N'applique les directives contenues qu'aux URLs correspondant à une expression rationnelle
Syntaxe:<LocationMatch regex> ... </LocationMatch>
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive <LocationMatch> limite la portée des directives contenues à l'URL spécifiée, de manière identique à la directive <Location>. Mais son argument permettant de spécifier les URLs concernées est une expression rationnelle au lieu d'une simple chaîne de caractères. Par exemple :

<LocationMatch "/(extra|special)/data">
    # ...
</LocationMatch>

correspondrait à toute URL contenant les sous-chaînes /extra/data ou /special/data.

A partir de la version 2.4.8, les groupes nommés et les références arrières sont extraits et enregistrés dans l'environnement avec leur nom en majuscules et préfixé par "MATCH_". Ceci permet de référencer des URLs dans des expressions ou au sein de modules comme mod_rewrite. Pour éviter toute confusion, les références arrières numérotées (non nommées) sont ignorées. Vous devez utiliser à la place des groupes nommés.

<LocationMatch ^/combined/(?<sitename>[^/]+)>
    require ldap-group cn=%{env:MATCH_SITENAME},ou=combined,o=Example
</LocationMatch>

Voir aussi

top

LogLevel Directive

Description:Contrôle la verbosité du journal des erreurs
Syntaxe:LogLevel [module:]niveau [module:niveau] ...
Défaut:LogLevel warn
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:La configuration du niveau de journalisation par module et par répertoire est disponible depuis la version 2.3.6 du serveur HTTP Apache

La directive LogLevel permet d'ajuster la verbosité des messages enregistrés dans les journaux d'erreur (voir la directive ErrorLog directive). Les niveaux disponibles sont présentés ci-après, par ordre de criticité décroissante :

Niveau Description Exemple
emerg Urgences - le système est inutilisable. "Child cannot open lock file. Exiting"
alert Des mesures doivent être prises immédiatement. "getpwuid: couldn't determine user name from uid"
crit Conditions critiques. "socket: Failed to get a socket, exiting child"
error Erreurs. "Premature end of script headers"
warn Avertissements. "child process 1234 did not exit, sending another SIGHUP"
notice Evènement important mais normal. "httpd: caught SIGBUS, attempting to dump core in ..."
info Informations. "Server seems busy, (you may need to increase StartServers, or Min/MaxSpareServers)..."
debug Messages de débogage. "Opening config file ..."
trace1 Messages de traces "proxy: FTP: control connection complete"
trace2 Messages de traces "proxy: CONNECT: sending the CONNECT request to the remote proxy"
trace3 Messages de traces "openssl: Handshake: start"
trace4 Messages de traces "read from buffered SSL brigade, mode 0, 17 bytes"
trace5 Messages de traces "map lookup FAILED: map=rewritemap key=keyname"
trace6 Messages de traces "cache lookup FAILED, forcing new map lookup"
trace7 Messages de traces, enregistrement d'une grande quantité de données "| 0000: 02 23 44 30 13 40 ac 34 df 3d bf 9a 19 49 39 15 |"
trace8 Messages de traces, enregistrement d'une grande quantité de données "| 0000: 02 23 44 30 13 40 ac 34 df 3d bf 9a 19 49 39 15 |"

Lorsqu'un niveau particulier est spécifié, les messages de tous les autres niveaux de criticité supérieure seront aussi enregistrés. Par exemple, si LogLevel info est spécifié, les messages de niveaux notice et warn seront aussi émis.

Il est recommandé d'utiliser un niveau crit ou inférieur.

Par exemple :

LogLevel notice

Note

Si la journalisation s'effectue directement dans un fichier, les messages de niveau notice ne peuvent pas être supprimés et sont donc toujours journalisés. Cependant, ceci ne s'applique pas lorsque la journalisation s'effectue vers syslog.

Spécifier un niveau sans nom de module va attribuer ce niveau à tous les modules. Spécifier un niveau avec nom de module va attribuer ce niveau à ce module seulement. Il est possible de spécifier un module par le nom de son fichier source ou par son identificateur, avec ou sans le suffixe _module. Les trois spécifications suivantes sont donc équivalentes :

LogLevel info ssl:warn
LogLevel info mod_ssl.c:warn
LogLevel info ssl_module:warn

Il est aussi possible d'attribuer un niveau de journalisation par répertoire :

LogLevel info
<Directory "/usr/local/apache/htdocs/app">
  LogLevel debug
</Directory>
La configuration du niveau de journalisation par répertoire n'affecte que les messages journalisés après l'interprétation de la requête et qui sont associés à cette dernière. Les messages de journalisation associés au serveur ou à la connexion ne sont pas affectés. Il est cependant possible d'agir sur ces derniers à l'aide de la directive LogLevelOverride.

Voir aussi

top

LogLevelOverride Directive

Description:Surcharge la verbosité du journal des erreurs pour certains clients
Syntaxe:LogLevel ipaddress[/prefixlen] [module:]level [module:level] ...
Défaut:non définie
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible à partir de la version 2.5.0 du serveur HTTP Apache.

La directive LogLevelOverride permet d'affiner la définition de la directive LogLevel pour les requêtes en provenance de certaines adresses IP. Il est ainsi possible d'activer une journalisation détaillée seulement pour certains clients à des fins de test. Les adresses IP sont vérifiées à un stade très précoce du processus de connexion. Ainsi, la directive LogLevelOverride permet de modifier le niveau de journalisation pour des processus comme la négociation SSL qui intervient avant l'évaluation d'une éventuelle directive LogLevel au sein d'un conteneur <If>.

La directive LogLevelOverride accepte soit une adresse IP simple, soit une spécification de sous-réseau CIDR de la forme adresse-IP/masque. Pour la syntaxe de la spécification du niveau de journalisation, voir la directive LogLevel directive.

Pour les requêtes concernées par une directive LogLevelOverride, les spécifications de niveau répertoire de la directive LogLevel sont ignorées.

Exemples:

        LogLevelOverride 192.0.2.0/24 ssl:trace6
        LogLevelOverride 192.0.2.7 ssl:trace8
La directive LogLevelOverride n'affecte que les messages associés à la requête ou à la connexion. Les messages associés au serveur ne sont pas affectés.

Voir aussi

top

MaxKeepAliveRequests Directive

Description:Nombre de requêtes permises pour une connexion persistante
Syntaxe:MaxKeepAliveRequests nombre
Défaut:MaxKeepAliveRequests 100
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive MaxKeepAliveRequests permet de limiter le nombre de requêtes autorisées par connexion lorsque KeepAlive est à "on". Si sa valeur est 0, le nombre de requêtes autorisées est illimité. Il est recommandé de définir une valeur assez haute pour des performances du serveur maximales.

Par exemple :

MaxKeepAliveRequests 500
top

MaxRangeOverlaps Directive

Description:Nombre de chevauchements de segments de données autorisé (par exemple 100-200,150-300) avant le renvoi de la ressource complète
Syntaxe:MaxRangeOverlaps default | unlimited | none | nombre de chevauchements
Défaut:MaxRangeOverlaps 20
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible depuis la version 2.3.15 du serveur HTTP Apache

La directive MaxRangeOverlaps permet de limiter le nombre de chevauchements de segments de données HTTP autorisé par le serveur. Si le nombre de chevauchements de segments demandé est supérieur au nombre maximal autorisé, la ressource sera renvoyée dans son intégralité.

default
Limite le nombre de chevauchements de segments à la valeur par défaut 20 définie à la compilation.
none
Aucun chevauchement de segment n'est autorisé.
unlimited
Le nombre de chevauchements de segments est illimité.
number-of-ranges
Un nombre positif représente le nombre maximal de chevauchements de segments autorisé par le serveur.
top

MaxRangeReversals Directive

Description:Nombre d'inversions d'ordre autorisé dans la spécification des segments de données (par exemple 100-200,50-70) avant le renvoi de la ressource complète
Syntaxe:MaxRangeReversals default | unlimited | none | nombre d'inversions
Défaut:MaxRangeReversals 20
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible depuis la version 2.3.15 du serveur HTTP Apache

La directive MaxRangeReversals permet de limiter le nombre d'inversions d'ordre dans la spécification des segments de données HTTP autorisé par le serveur. Si le nombre d'inversions demandé est supérieur au nombre maximal autorisé, la ressource sera renvoyée dans son intégralité.

default
Limite le nombre d'inversions à la valeur par défaut 20 définie à la compilation.
none
Aucune inversion n'est autorisée.
unlimited
Le nombre d'inversions est illimité.
number-of-ranges
Un nombre positif représente le nombre maximal d'inversions autorisé par le serveur.
top

MaxRanges Directive

Description:Nombre de segments de données autorisé avant le renvoi de l'intégralité de la ressource
Syntaxe:MaxRanges default | unlimited | none | nombre de segments
Défaut:MaxRanges 200
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible depuis la version 2.3.15 du serveur HTTP Apache

La directive MaxRanges permet de limiter le nombre de segments de données que le serveur va renvoyer au client. Si un nombre de segments plus important est demandé, la ressource sera renvoyée dans son intégralité.

default
Limite le nombre de segments de données à 200 (valeur par défaut définie à la compilation).
none
Les en-têtes Range sont ignorés.
unlimited
Le nombre de segments de données est illimité.
nombre de segments
Un nombre positif représentera la nombre de segments de données maximal que le serveur renverra au client.
top

MergeTrailers Directive

Description:Détermine si les données supplémentaires (trailers) sont fusionnées avec les en-têtes
Syntaxe:MergeTrailers [on|off]
Défaut:MergeTrailers off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet de contrôler la fusion des données HTTP supplémentaires (trailers) avec la représentation interne des en-têtes. Cette fusion intervient lorsque le corps de la requête a été entièrement reçu, bien longtemps après que la majeure partie du traitement des en-têtes ait une chance de pouvoir examiner ou modifier les en-têtes de la requête.

Cette option a été introduite dans un souci de compatibilité avec les versions antérieures à 2.4.10, où les données supplémentaires étaient systématiquement fusionnées avec les en-têtes de la requête.

top

Mutex Directive

Description:Définit les mécanismes de mutex et le repertoire du fichier verrou pour tous les mutex ou seulement les mutex spécifiés
Syntaxe:Mutex mécanisme [default|nom-mutex] ... [OmitPID]
Défaut:Mutex default
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible depuis la version 2.3.4 du serveur HTTP Apache

La directive Mutex permet de définir le mécanisme de mutex, et éventuellement le répertoire du fichier verrou que les modules et httpd utilisent pour sérialiser l'accès aux ressources. Spécifiez default comme premier argument pour modifier la configuration de tous les mutex ; spécifiez un nom de mutex (voir la table ci-dessous) comme premier argument pour ne modifier que la configuration de ce mutex.

La directive Mutex est typiquement utilisée dans les situations exceptionnelles suivantes :

Modules supportés

Cette directive ne configure que les mutex qui ont été enregistrés avec le serveur de base via l'API ap_mutex_register(). Tous les modules fournis avec httpd supportent la directive Mutex, mais il n'en sera pas forcément de même pour les modules tiers. Reportez-vous à la documentation du module tiers considéré afin de déterminer le(s) nom(s) de mutex qui pourront être définis si la directive est supportée.

Les mécanismes de mutex disponibles sont les suivants :

La plupart des mécanismes ne sont disponibles que sur les plate-formes où ces dernières et APR les supportent. Les mécanismes qui ne sont pas disponibles sur toutes les plate-formes sont posixsem, sysvsem, sem, pthread, fcntl, flock, et file.

Avec les mécanismes à base de fichier fcntl et flock, le chemin, s'il est fourni, est un répertoire dans lequel le fichier verrou sera créé. Le répertoire par défaut est le répertoire d'exécution httpd défini par la directive DefaultRuntimeDir. Si le répertoire spécifié est un chemin relatif, il est relatif au chemin défini par la directive DefaultRuntimeDir. Utilisez toujours un système de fichiers local sur disque pour /chemin/vers/mutex et jamais un répertoire se trouvant dans un système de fichiers NFS ou AFS. Le nom de base du fichier se composera du type de mutex, d'une chaîne optionnelle correspondant à l'instance et fournie par le module ; et, sauf si le mot-clé OmitPID a été spécifié, l'identificateur du processus parent httpd sera ajouté afin de rendre le nom du fichier unique, évitant ainsi tout conflit lorsque plusieurs instances d'httpd partagent le même répertoire de verrouillage. Par exemple, si le nom de mutex est mpm-accept, et si le répertoire de verrouillage est /var/httpd/locks, le nom du fichier verrou pour l'instance httpd dont le processus parent a pour identifiant 12345 sera /var/httpd/locks/mpm-accept.12345.

Sécurité

Il est conseillé d'éviter de placer les fichiers mutex dans un répertoire où tout le monde peut écrire comme /var/tmp, car quelqu'un pourrait initier une attaque par déni de service et empêcher le serveur de démarrer en créant un fichier verrou possédant un nom identique à celui que le serveur va tenter de créer.

La table suivante décrit les noms de mutex utilisés par httpd et ses modules associés.

Nom mutex Module(s) Ressource protégée
mpm-accept modules MPM prefork et worker connexions entrantes, afin d'éviter le problème de l'afflux de requêtes ; pour plus d'informations, voir la documentation Amélioration des performances
authdigest-client mod_auth_digest liste de clients en mémoire partagée
authdigest-opaque mod_auth_digest compteur en mémoire partagée
ldap-cache mod_ldap cache de résultat de recherche LDAP
rewrite-map mod_rewrite communication avec des programmes externes d'associations de valeurs, afin d'éviter les interférences d'entrées/sorties entre plusieurs requêtes
ssl-cache mod_ssl cache de session SSL
ssl-stapling mod_ssl cache de l'étiquetage OCSP ("OCSP stapling")
watchdog-callback mod_watchdog fonction de rappel d'un module client particulier

Le mot-clé OmitPID permet d'empêcher l'addition de l'identifiant du processus httpd parent au nom du fichier verrou.

Dans l'exemple suivant, le mécanisme de mutex pour le mutex mpm-accept est modifié pour passer du mécanisme par défaut au mécanisme fcntl, avec le fichier verrou associé créé dans le répertoire /var/httpd/locks. Le mécanisme de mutex par défaut pour tous les autres mutex deviendra sysvsem.

Mutex sysvsem default
Mutex fcntl:/var/httpd/locks mpm-accept
top

NameVirtualHost Directive

Description:OBSOLETE : Définit une adresse IP pour les serveurs virtuels à base de nom
Syntaxe:NameVirtualHost adresse[:port]
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Avant la version 2.3.11, il était nécessaire de définir une directive NameVirtualHost pour indiquer au serveur qu'une paire adresse IP/port particulière pouvait être utilisée comme serveur virtuel à base de nom. Depuis la version 2.3.11, chaque fois qu'une paire adresse IP/port est utilisée dans plusieurs serveurs virtuels, l'hébergement virtuel à base de nom est automatiquement activé pour cette adresse.

Cette directive n'a actuellement plus aucun effet.

Voir aussi

top

Options Directive

Description:Définit les fonctionnalités disponibles pour un répertoire particulier
Syntaxe:Options [+|-]option [[+|-]option] ...
Défaut:Options FollowSymlinks
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:Options
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Avec la version 2.3.11, la valeur par défaut passe de All à FollowSymlinks

La directive Options permet de définir les fonctionnalités de serveur disponibles pour un répertoire particulier.

option peut être défini à None, auquel cas aucune fonctionnalité spécifique n'est activée, ou comprendre une ou plusieurs des options suivantes :

All
Toutes les options excepté MultiViews.
ExecCGI
L'exécution de scripts CGI à l'aide du module mod_cgi est permise.
FollowSymLinks
Le serveur va suivre les liens symboliques dans le répertoire concerné. Il s'agit de la valeur par défaut.

Bien que le serveur suive les liens symboliques, il ne modifie pas le nom de chemin concerné défini par la section <Directory>.

Les options FollowSymLinks et SymLinksIfOwnerMatch ne fonctionnent que dans les sections <Directory> ou les fichiers .htaccess.

Le fait d'omettre cette option ne doit pas être considéré comme une mesure de sécurité efficace, car il existe toujours une situation de compétition (race condition) entre l'instant où l'on vérifie qu'un chemin n'est pas un lien symbolique, et l'instant où l'on utilise effectivement ce chemin.

Includes
Les inclusions côté serveur (SSI) à l'aide du module mod_include sont autorisées.
IncludesNOEXEC
Les inclusions côté serveur (SSI) sont permises, mais #exec cmd et #exec cgi sont désactivés. L'utilisation de #include virtual pour les scripts CGI est cependant toujours possible depuis des répertoires définis par ScriptAlias.
Indexes
Si une URL requise correspond au répertoire concerné, et si aucun DirectoryIndex (par exemple index.html) n'est défini pour ce répertoire, le module mod_autoindex va renvoyer un listing formaté du répertoire.
MultiViews
Les vues multiples ("multiviews") à contenu négocié à l'aide du module mod_negotiation sont autorisées.

Note

Cette option est ignorée si elle est définie en tout autre endroit qu'une section <Directory>, car mod_negotiation a besoin de ressources réelles pour effectuer ses comparaisons et ses évaluations.

SymLinksIfOwnerMatch
Le serveur ne suivra que les liens symboliques qui renvoient vers un fichier ou un répertoire dont le propriétaire est le même que celui du lien.

Note

Les options FollowSymLinks et SymLinksIfOwnerMatch ne fonctionnent que dans les sections <Directory> ou les fichiers .htaccess.

Le fait d'omettre cette option ne doit pas être considéré comme une mesure de sécurité efficace, car il existe toujours une situation de compétition (race condition) entre l'instant où l'on vérifie qu'un chemin n'est pas un lien symbolique, et l'instant où l'on utilise effectivement ce chemin.

Normalement, si plusieurs directives Options peuvent s'appliquer à un répertoire, c'est la plus spécifique qui est utilisée et les autres sont ignorées ; les options ne sont pas fusionnées (voir comment les sections sont fusionnées). Elles le sont cependant si toutes les options de la directive Options sont précédées d'un symbole + ou -. Toute option précédée d'un + est ajoutée à la liste des options courantes de manière forcée et toute option précédée d'un - est supprimée de la liste des options courantes de la même manière.

Note

Mélanger des Options avec + ou - avec des Options sans + ou - constitue une erreur de syntaxe, et la vérification de la syntaxe au cours du démarrage du serveur fera échouer ce dernier.

Par exemple, sans aucun symbole + et - :

<Directory "/web/docs">
  Options Indexes FollowSymLinks
</Directory>

<Directory "/web/docs/spec">
  Options Includes
</Directory>

ici, seule l'option Includes sera prise en compte pour le répertoire /web/docs/spec. Par contre, si la seconde directive Options utilise les symboles + et - :

<Directory "/web/docs">
  Options Indexes FollowSymLinks
</Directory>

<Directory "/web/docs/spec">
  Options +Includes -Indexes
</Directory>

alors, les options FollowSymLinks et Includes seront prises en compte pour le répertoire /web/docs/spec.

Note

L'utilisation de -IncludesNOEXEC ou -Includes désactive complètement les inclusions côté serveur sans tenir compte des définitions précédentes.

En l'absence de toute définition d'options, la valeur par défaut est FollowSymlinks.

top

Protocol Directive

Description:Protocole pour une socket d'écoute
Syntaxe:Protocol protocole
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Sous Windows, disponible à partir de la version 2.3.3 du serveur HTTP Apache.

Cette directive permet de spécifier le protocole utilisé pour une socket d'écoute particulière. Le protocole sert à déterminer quel module doit traiter une requête, et d'appliquer les optimisations spécifiques au protocole via la directive AcceptFilter.

Vous ne devez définir le protocole que si vous travaillez avec des ports non standards ; dans le cas général, le protocole http est associé au port 80 et le protocole https au port 443.

Par exemple, si vous travaillez avec le protocole https sur un port non standard, spécifiez le protocole de manière explicite :

Protocol https

Vous pouvez aussi spécifier le protocole via la directive Listen.

Voir aussi

top

RegisterHttpMethod Directive

Description:Enregistrement de méthodes HTTP non standards
Syntaxe:RegisterHttpMethod méthode [méthode [...]]
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Normalement, les méthodes HTTP non conformes aux RFCs correspondantes sont rejetées au cours du traitement de la requête par HTTPD. Pour éviter ceci, les modules peuvent enregistrer les méthodes HTTP non standards qu'ils supportent. La directive RegisterHttpMethod permet d'enregistrer de telles méthodes manuellement. Ceci peut s'avérer utile si de telle méthodes doivent être utilisées dans un traitement externe, comme un script CGI.

top

RLimitCPU Directive

Description:Limite le temps CPU alloué aux processus initiés par les processus enfants d'Apache httpd
Syntaxe:RLimitCPU secondes|max [secondes|max]
Défaut:Non défini ; utilise les valeurs par défaut du système d'exploitation
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

Prend 1 ou 2 paramètres. Le premier definit la limite de consommation de ressources pour tous les processus, et le second la consommation de ressources maximale. Les deux paramètres peuvent contenir soit un nombre, soit max pour indiquer au serveur que la limite de consommation correspond à la valeur maximale autorisée par la configuration du système d'exploitation. Pour augmenter la consommation maximale de ressources, le serveur doit s'exécuter en tant que root, ou se trouver dans sa phase de démarrage.

Cette directive s'applique aux processus initiés par les processus enfants d'Apache httpd qui traitent les requêtes, et non aux processus enfants eux-mêmes. Sont concernés les scripts CGI et les commandes exec des SSI, mais en aucun cas les processus initiés par le processus parent d'Apache httpd comme les journalisations redirigées vers un programme.

Les limites de ressources CPU sont exprimées en secondes par processus.

Voir aussi

top

RLimitMEM Directive

Description:Limite la mémoire allouée aux processus initiés par les processus enfants d'Apache httpd
Syntaxe:RLimitMEM octets|max [octets|max]
Défaut:Non défini ; utilise les valeurs par défaut du système d'exploitation
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

Prend 1 ou 2 paramètres. Le premier definit la limite de consommation de ressources pour tous les processus, et le second la consommation de ressources maximale. Les deux paramètres peuvent contenir soit un nombre, soit max pour indiquer au serveur que la limite de consommation correspond à la valeur maximale autorisée par la configuration du système d'exploitation. Pour augmenter la consommation maximale de ressources, le serveur doit s'exécuter en tant que root, ou se trouver dans sa phase de démarrage.

Cette directive s'applique aux processus initiés par les processus enfants d'Apache httpd qui traitent les requêtes, et non aux processus enfants eux-mêmes. Sont concernés les scripts CGI et les commandes exec des SSI, mais en aucun cas les processus initiés par le processus parent d'Apache httpd comme les journalisations redirigées vers un programme.

Les limites de ressources mémoire sont exprimées en octets par processus.

Voir aussi

top

RLimitNPROC Directive

Description:Limite le nombre de processus qui peuvent être initiés par les processus initiés par les processus enfants d'Apache httpd
Syntaxe:RLimitNPROC nombre|max [nombre|max]
Défaut:Unset; uses operating system defaults
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

Prend 1 ou 2 paramètres. Le premier definit la limite de consommation de ressources pour tous les processus, et le second la consommation de ressources maximale. Les deux paramètres peuvent contenir soit un nombre, soit max pour indiquer au serveur que la limite de consommation correspond à la valeur maximale autorisée par la configuration du système d'exploitation. Pour augmenter la consommation maximale de ressources, le serveur doit s'exécuter en tant que root, ou se trouver dans sa phase de démarrage.

Cette directive s'applique aux processus initiés par les processus enfants d'Apache httpd qui traitent les requêtes, et non aux processus enfants eux-mêmes. Sont concernés les scripts CGI et les commandes exec des SSI, mais en aucun cas les processus initiés par le processus parent d'Apache httpd comme les journalisations redirigées vers un programme.

Les limites des processus contrôlent le nombre de processus par utilisateur.

Note

Si les processus CGI s'exécutent sous le même utilisateur que celui du serveur web, cette directive va limiter le nombre de processus que le serveur pourra lui-même créer. La présence de messages cannot fork dans le journal des erreurs indiquera que la limite est atteinte.

Voir aussi

top

ScriptInterpreterSource Directive

Description:Permet de localiser l'interpréteur des scripts CGI
Syntaxe:ScriptInterpreterSource Registry|Registry-Strict|Script
Défaut:ScriptInterpreterSource Script
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Win32 seulement

Cette directive permet de contrôler la méthode qu'utilise Apache httpd pour trouver l'interpréteur destiné à exécuter les scripts CGI. La définition par défaut est Script : ceci indique à Apache httpd qu'il doit utiliser l'interpréteur précisé dans la ligne shebang du script (la première ligne, commençant par #!). Sur les systèmes Win32, cette ligne ressemble souvent à ceci :

#!C:/Perl/bin/perl.exe

ou simplement, dans le cas où perl est dans le PATH :

#!perl

Avec ScriptInterpreterSource Registry, Windows va effectuer une recherche dans l'arborescence HKEY_CLASSES_ROOT de la base de registre avec comme mot-clé l'extension du fichier contenant le script (par exemple .pl). C'est la commande définie par la sous-clé de registre Shell\ExecCGI\Command ou, si elle n'existe pas, la sous-clé Shell\Open\Command qui est utilisée pour ouvrir le fichier du script. Si ces clés de registre ne sont pas trouvées, Apache httpd utilise la méthode de l'option Script.

Sécurité

Soyez prudent si vous utilisez ScriptInterpreterSource Registry avec des répertoires faisant l'objet d'un ScriptAlias, car Apache httpd va essayer d'exécuter tous les fichiers contenus dans celui-ci. L'option Registry peut causer des appels de programmes non voulus sur des fichiers non destinés à être exécutés. Par exemple, la commande par défaut open sur les fichiers .htm sur la plupart des systèmes Windows va lancer Microsoft Internet Explorer ; ainsi, toute requête HTTP pour un fichier .htm situé dans le répertoire des scripts va lancer le navigateur en arrière-plan sur le serveur, ce qui a toutes les chances de crasher votre système dans les minutes qui suivent.

L'option Registry-Strict, apparue avec la version 2.0 du serveur HTTP Apache, agit de manière identique à Registry, mais n'utilise que la sous-clé Shell\ExecCGI\Command. La présence de la clé ExecCGI n'étant pas systématique, Elle doit être définie manuellement dans le registre Windows et évite ainsi tout appel de programme accidentel sur votre système.

top

SeeRequestTail Directive

Description:Détermine si mod_status affiche les 63 premiers caractères d'une requête ou les 63 derniers, en supposant que la requête elle-même possède plus de 63 caractères.
Syntaxe:SeeRequestTail On|Off
Défaut:SeeRequestTail Off
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Avec ExtendedStatus On, mod_status affiche la véritable requête en cours de traitement. Pour des raisons historiques, seuls 63 caractères de la requête sont réellement stockés à des fins d'affichage. Cette directive permet de déterminer si ce sont les 63 premiers caractères qui seront stockés (c'est le comportement par défaut), ou si ce sont les 63 derniers. Ceci ne s'applique bien entendu que si la taille de la requête est de 64 caractères ou plus.

Si Apache httpd traite la requête GET /disque1/stockage/apache/htdocs/images/rep-images1/nourriture/pommes.jpg HTTP/1.1 , l'affichage de la requête par mod_status se présentera comme suit :

Off (défaut) GET /disque1/stockage/apache/htdocs/images/rep-images1/nourritu
On apache/htdocs/images/rep-images1/nourriture/pommes.jpg HTTP/1.1
top

ServerAdmin Directive

Description:L'adresse électronique que le serveur inclut dans les messages d'erreur envoyés au client
Syntaxe:ServerAdmin adresse électronique|URL
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive ServerAdmin permet de définir l'adresse de contact que le serveur va inclure dans tout message d'erreur qu'il envoie au client. Si le programme httpd ne reconnait pas l'argument fourni comme une URL, il suppose que c'est une adresse électronique, et lui ajoute le préfixe mailto: dans les cibles des hyperliens. Il est cependant recommandé d'utiliser exclusivement une adresse électronique, car de nombreux scripts CGI considèrent ceci comme implicite. Si vous utilisez une URL, elle doit pointer vers un autre serveur que vous contrôlez. Dans le cas contraire, les utilisateurs seraient dans l'impossibilité de vous contacter en cas de problème.

Il peut s'avérer utile de définir une adresse dédiée à l'administration du serveur, par exemple :

ServerAdmin www-admin@foo.example.com

car les utilisateurs ne mentionnent pas systématiquement le serveur dont ils parlent !

top

ServerAlias Directive

Description:Autres noms d'un serveur utilisables pour atteindre des serveurs virtuels à base de nom
Syntaxe:ServerAlias nom serveur [nom serveur] ...
Contexte:serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive ServerAlias permet de définir les noms alternatifs d'un serveur utilisables pour atteindre des serveurs virtuels à base de nom. La directive ServerAlias peut contenir des caractères génériques, si nécessaire.

<VirtualHost *:80>
  ServerName server.example.com
  ServerAlias server server2.example.com server2
  ServerAlias *.example.com
  UseCanonicalName Off
  # ...
</VirtualHost>

La recherche du serveur virtuel à base de nom correspondant au plus près à la requête s'effectue selon l'ordre d'apparition des directives <virtualhost> dans le fichier de configuration. Le premier serveur virtuel dont le ServerName ou le ServerAlias correspond est choisi, sans priorité particulière si le nom contient des caractères génériques (que ce soit pour ServerName ou ServerAlias).

Tous les noms spécifiés au sein d'une section VirtualHost sont traités comme un ServerAlias (sans caractères génériques).

Voir aussi

top

ServerName Directive

Description:Nom d'hôte et port que le serveur utilise pour s'authentifier lui-même
Syntaxe:ServerName [protocole://]nom de domaine entièrement qualifié[:port]
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive ServerName permet de définir les protocole, nom d'hôte et port d'une requête que le serveur utilise pour s'authentifier lui-même. Ceci est utile lors de la création de redirections d'URLs.

La directive ServerName permet aussi (éventuellement en conjonction avec la directive ServerAlias) d'identifier de manière unique un serveur virtuel, lorsqu'elle est utilisée dans un contexte de serveurs virtuels à base de noms.

Par exemple, si le nom de la machine hébergeant le serveur web est simple.example.com, la machine possède l'alias DNS www.example.com, et si vous voulez que le serveur web s'identifie avec cet alias, vous devez utilisez la définition suivante :

ServerName www.example.com

La directive ServerName peut apparaître à toutes les étapes de la définition du serveur. Toute occurrence annule cependant la précédente (pour ce serveur).

Si la directive ServerName n'est pas définie, le serveur tente de déterminer le nom d'hôte en effectuant une recherche DNS inverse sur son adresse IP. Si la directive ServerName ne précise pas de port, le serveur utilisera celui de la requête entrante. Il est recommandé de spécifier un nom d'hôte et un port spécifiques à l'aide de la directive ServerName pour une fiabilité optimale et à titre préventif.

Si vous définissez des serveurs virtuels à base de nom, une directive ServerName située à l'intérieur d'une section <VirtualHost> spécifiera quel nom d'hôte doit apparaître dans l'en-tête de requête Host: pour pouvoir atteindre ce serveur virtuel.

Parfois, le serveur s'exécute en amont d'un dispositif qui implémente SSL, comme un mandataire inverse, un répartiteur de charge ou un boîtier dédié SSL. Dans ce cas, spécifiez le protocole https:// et le port auquel les clients se connectent dans la directive ServerName, afin de s'assurer que le serveur génère correctement ses URLs d'auto-identification.

Voir la description des directives UseCanonicalName et UseCanonicalPhysicalPort pour les définitions qui permettent de déterminer si les URLs auto-identifiantes (par exemple via le module mod_dir) vont faire référence au port spécifié, ou au port indiqué dans la requête du client.

Si la valeur de la directive ServerName ne peut pas être résolue en adresse IP, le démarrage du serveur provoquera un avertissement. httpd va alors utiliser le résultat de la commande système hostname pour déterminer le nom du serveur, ce qui ne correspondra pratiquement jamais au nom de serveur que vous souhaitez réellement.

httpd: Could not reliably determine the server's fully qualified domain name, using rocinante.local for ServerName

Voir aussi

top

ServerPath Directive

Description:Nom de chemin d'URL hérité pour un serveur virtuel à base de nom accédé par un navigateur incompatible
Syntaxe:ServerPath chemin d'URL
Contexte:serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive ServerPath permet de définir le nom de chemin d'URL hérité d'un hôte, à utiliser avec les serveurs virtuels à base de nom.

Voir aussi

top

ServerRoot Directive

Description:Racine du répertoire d'installation du serveur
Syntaxe:ServerRoot chemin de répertoire
Défaut:ServerRoot /usr/local/apache
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

La directive ServerRoot permet de définir le répertoire dans lequel le serveur est installé. En particulier, il contiendra les sous-répertoires conf/ et logs/. Les chemins relatifs indiqués dans les autres directives (comme Include ou LoadModule) seront définis par rapport à ce répertoire.

ServerRoot "/home/httpd"

La valeur par défaut de ServerRoot peut être modifiée via l'argument --prefix de la commande configure, et de nombreuses distributions tierces du serveur proposent une valeur différente de celles listées ci-dessus.

Voir aussi

top

ServerSignature Directive

Description:Définit un pied de page pour les documents générés par le serveur
Syntaxe:ServerSignature On|Off|EMail
Défaut:ServerSignature Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:All
Statut:Core
Module:core

La directive ServerSignature permet de définir une ligne de pied de page fixe pour les documents générés par le serveur (messages d'erreur, listings de répertoires ftp de mod_proxy, sorties de mod_info, etc...). Dans le cas d'une chaîne de mandataires, l'utilisateur n'a souvent aucun moyen de déterminer lequel des mandataires chaînés a généré un message d'erreur, et c'est une des raisons pour lesquelles on peut être amené à ajouter un tel pied de page.

La valeur par défaut Off supprime la ligne de pied de page (et est ainsi compatible avec le comportement des versions 1.2 et antérieures d'Apache). la valeur On ajoute simplement une ligne contenant le numéro de version du serveur ainsi que le nom du serveur virtuel issu de la directive ServerName, alors que la valeur EMail ajoute en plus une référence "mailto:" à l'administrateur du document référencé issu la directive ServerAdmin.

Après la version 2.0.44, les détails à propos du numéro de version du serveur sont contrôlés à l'aide de la directive ServerTokens.

Voir aussi

top

ServerTokens Directive

Description:Configure l'en-tête Server de la réponse HTTP
Syntaxe:ServerTokens Major|Minor|Min[imal]|Prod[uctOnly]|OS|Full
Défaut:ServerTokens Full
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Cette directive permet de contrôler le contenu de l'en-tête Server inclus dans la réponse envoyée au client : cet en-tête peut contenir le type de système d'exploitation du serveur, ainsi que des informations à propos des modules compilés avec le serveur.

ServerTokens Full (ou non spécifié)
Le serveur envoie par exemple : Server: Apache/2.4.2 (Unix) PHP/4.2.2 MyMod/1.2
ServerTokens Prod[uctOnly]
Le serveur renvoie (par exemple): Server: Apache
ServerTokens Major
Le serveur renvoie (par exemple): Server: Apache/2
ServerTokens Minor
Le serveur renvoie (par exemple): Server: Apache/2.4
ServerTokens Min[imal]
Le serveur renvoie (par exemple): Server: Apache/2.4.2
ServerTokens OS
Le serveur renvoie (par exemple): Server: Apache/2.4.2 (Unix)

Cette définition s'applique à l'ensemble du serveur et ne peut être activée ou désactivée pour tel ou tel serveur virtuel.

Dans les versions postérieures à 2.0.44, cette directive contrôle aussi les informations fournies par la directive ServerSignature.

Définir ServerTokens à une valeur inférieure à minimal n'est pas recommandé car le débogage des problèmes interopérationnels n'en sera alors que plus difficile. Notez aussi que la désactivation de l'en-tête Server: n'améliore en rien la sécurité de votre serveur ; le concept de "sécurité par l'obscurité" est un mythe et conduit à une mauvaise perception de ce qu'est la sécurité.

Voir aussi

top

SetHandler Directive

Description:Force le traitement des fichiers spécifiés par un gestionnaire particulier
Syntaxe:SetHandler nom gestionnaire|None
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

Lorsqu'elle se situe à l'intérieur d'un fichier .htaccess, ou d'une section <Directory> ou <Location>, cette directive force le traitement de tous les fichiers spécifiés par le gestionnaire défini par l'argument nom gestionnaire. Par exemple, dans le cas d'un répertoire dont vous voulez interpréter le contenu comme des fichiers de règles d'images cliquables, sans tenir compte des extensions, vous pouvez ajouter la ligne suivante dans un fichier .htaccess de ce répertoire :

SetHandler imap-file

Autre exemple : si vous voulez que le serveur affiche un compte-rendu d'état chaque fois qu'une URL du type http://nom serveur/status est appelée, vous pouvez ajouter ceci dans httpd.conf :

<Location "/status">
  SetHandler server-status
</Location>

Vous pouvez aussi utiliser cette directive pour associer un gestionnaire à des fichiers possèdant une extension de nom de fichier particulière. Par exemple :

<FilesMatch \.php$>
    SetHandler application/x-httpd-php
</FilesMatch>

Vous pouvez écraser la définition antérieure d'une directive SetHandler en utilisant la valeur None.

Note

Comme SetHandler l'emporte sur la définition des gestionnaires par défaut, le comportement habituel consistant à traiter les URLs se terminant par un slash (/) comme des répertoires ou des fichiers index est désactivé.

Voir aussi

top

SetInputFilter Directive

Description:Définit les filtres par lesquels vont passer les requêtes client et les données POST
Syntaxe:SetInputFilter filtre[;filtre...]
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

La directive SetInputFilter permet de définir le ou les filtres par lesquels vont passer les requêtes client et les données POST au moment où le serveur les reçoit. Cette définition vient en ajout à tout autre filtre défini en quelqu'endroit que ce soit, y compris via la directive AddInputFilter.

Si la directive comporte plusieurs filtres, ils doivent être séparés par des points-virgules, et spécifiés selon l'ordre dans lequel vous souhaitez les voir agir sur les contenus.

Voir aussi

top

SetOutputFilter Directive

Description:Définit les filtres par lesquels vont passer les réponses du serveur
Syntaxe:SetOutputFilter filtre[;filtre...]
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
AllowOverride:FileInfo
Statut:Core
Module:core

La directive SetOutputFilter permet de définir les filtres par lesquels vont passer les réponses du serveur avant d'être envoyées au client. Cette définition vient en ajout à tout autre filtre défini en quelqu'endroit que ce soit, y compris via la directive AddOutputFilter.

Par exemple, la configuration suivante va traiter tous les fichiers du répertoire /www/data/ comme des inclusions côté serveur (SSI) :

<Directory "/www/data/">
  SetOutputFilter INCLUDES
</Directory>

Si la directive comporte plusieurs filtres, ils doivent être séparés par des points-virgules, et spécifiés selon l'ordre dans lequel vous souhaitez les voir agir sur les contenus.

Voir aussi

top

TimeOut Directive

Description:Temps pendant lequel le serveur va attendre certains évènements avant de considérer qu'une requête a échoué
Syntaxe:TimeOut secondes
Défaut:TimeOut 60
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

La directive TimeOut permet de définir le temps maximum pendant lequel Apache httpd va attendre des entrées/sorties selon les circonstances :

  1. Lors de la lecture de données en provenance du client, le temps maximum jusqu'à l'arrivée d'un paquet TCP si le tampon est vide.
  2. Lors de l'écriture de données destinées au client, le temps maximum jusqu'à l'arrivée de l'accusé-réception d'un paquet si le tampon d'envoi est plein.
  3. Avec mod_cgi et mod_cgid, le temps d'attente maximum des sorties d'un script CGI.
  4. Avec mod_ext_filter, le temps d'attente maximum des sorties d'un processus de filtrage.
  5. Avec mod_proxy, la valeur du délai par défaut si ProxyTimeout n'est pas défini.
top

TraceEnable Directive

Description:Détermine le comportement des requêtes TRACE
Syntaxe:TraceEnable [on|off|extended]
Défaut:TraceEnable on
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel
Statut:Core
Module:core

Cette directive l'emporte sur le comportement de TRACE pour le noyau du serveur et mod_proxy. La définition par défaut TraceEnable on permet des requêtes TRACE selon la RFC 2616, qui interdit d'ajouter tout corps à la requête. La définition TraceEnable off indique au noyau du serveur et à mod_proxy de retourner un code d'erreur 405 (Méthode non autorisée) au client.

En fait, et à des fins de test et de diagnostic seulement, on peut autoriser l'ajout d'un corps de requête à l'aide de la définition non standard TraceEnable extended. Le noyau du serveur (dans le cas d'un serveur d'origine) va limiter la taille du corps de requête à 64k (plus 8k pour les en-têtes de fractionnement si Transfer-Encoding: chunked est utilisé). Le noyau du serveur va reproduire l'ensemble des en-têtes, y compris les en-têtes de fractionnement avec le corps de la réponse. Dans le cas d'un serveur mandataire, la taille du corps de requête n'est pas limitée à 64k.

Note

Bien que certains prétendent le contraire, TRACE ne constitue pas une vulnérabilité en matière de sécurité, et il n'y a aucune raison suffisante pour le désactiver, ce qui rendrait votre serveur non conforme.

top

UnDefine Directive

Description:Invalide la définition d'une variable
Syntaxe:UnDefine nom-variable
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Annule l'effet d'une directive Define ou d'un argument -D de httpd en invalidant l'existence de la variable correspondante.

On peut utiliser cette directive pour inverser l'effet d'une section <IfDefine> sans avoir à modifier les arguments -D dans les scripts de démarrage.

top

UseCanonicalName Directive

Description:Définit la manière dont le serveur détermine son propre nom et son port
Syntaxe:UseCanonicalName On|Off|DNS
Défaut:UseCanonicalName Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core

Dans de nombreuses situations, Apache httpd doit construire une URL auto-identifiante -- c'est à dire une URL qui fait référence au serveur lui-même. Avec UseCanonicalName On, Apache httpd va utiliser le nom d'hôte et le port spécifiés par la directive ServerName pour construire le nom canonique du serveur. Ce nom est utilisé dans toutes les URLs auto-identifiantes, et affecté aux variables SERVER_NAME et SERVER_PORT dans les programmes CGI.

Avec UseCanonicalName Off, Apache httpd va construire ses URLs auto-identifiantes à l'aide du nom d'hôte et du port fournis par le client, si ce dernier en a fourni un (dans la négative, Apache utilisera le nom canonique, de la même manière que ci-dessus). Ces valeurs sont les mêmes que celles qui sont utilisées pour implémenter les serveurs virtuels à base de nom, et sont disponibles avec les mêmes clients. De même, les variables CGI SERVER_NAME et SERVER_PORT seront affectées des valeurs fournies par le client.

Cette directive peut s'avérer utile, par exemple, sur un serveur intranet auquel les utilisateurs se connectent en utilisant des noms courts tels que www. Si les utilisateurs tapent un nom court suivi d'une URL qui fait référence à un répertoire, comme http://www/splat, sans le slash terminal, vous remarquerez qu'Apache httpd va les rediriger vers http://www.example.com/splat/. Si vous avez activé l'authentification, ceci va obliger l'utilisateur à s'authentifier deux fois (une première fois pour www et une seconde fois pour www.example.com -- voir la foire aux questions sur ce sujet pour plus d'informations). Par contre, si UseCanonicalName est définie à Off, Apache httpd redirigera l'utilisateur vers http://www/splat/.

Pour l'hébergement virtuel en masse à base d'adresse IP, on utilise une troisième option, UseCanonicalName DNS, pour supporter les clients anciens qui ne fournissent pas d'en-tête Host:. Apache httpd effectue alors une recherche DNS inverse sur l'adresse IP du serveur auquel le client s'est connecté afin de construire ses URLs auto-identifiantes.

Avertissement

Les programmes CGI risquent d'être perturbés par cette option s'ils tiennent compte de la variable SERVER_NAME. Le client est pratiquement libre de fournir la valeur qu'il veut comme nom d'hôte. Mais si le programme CGI n'utilise SERVER_NAME que pour construire des URLs auto-identifiantes, il ne devrait pas y avoir de problème.

Voir aussi

top

UseCanonicalPhysicalPort Directive

Description:Définit la manière dont le serveur détermine son propre port
Syntaxe:UseCanonicalPhysicalPort On|Off
Défaut:UseCanonicalPhysicalPort Off
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire
Statut:Core
Module:core

Dans de nombreuses situations, Apache httpd doit construire une URL auto-identifiante -- c'est à dire une URL qui fait référence au serveur lui-même. Avec UseCanonicalPhysicalPort On, Apache httpd va fournir le numéro de port physique réel utilisé par la requête en tant que port potentiel, pour construire le port canonique afin que le serveur puisse alimenter la directive UseCanonicalName. Avec UseCanonicalPhysicalPort Off, Apache httpd n'utilisera pas le numéro de port physique réel, mais au contraire se référera aux informations de configuration pour construire un numéro de port valide.

Note

L'ordre dans lequel s'effectue la recherche quand on utilise le port physique est le suivant :

UseCanonicalName On
  1. Port indiqué dans Servername
  2. Port physique
  3. Port par défaut
UseCanonicalName Off | DNS
  1. Port spécifié dans l'en-tête Host:
  2. Port physique
  3. Port spécifié par Servername
  4. Port par défaut

Avec UseCanonicalPhysicalPort Off, on reprend l'ordre ci-dessus en supprimant "Port physique".

Voir aussi

top

<VirtualHost> Directive

Description:Contient des directives qui ne s'appliquent qu'à un nom d'hôte spécifique ou à une adresse IP
Syntaxe:<VirtualHost adresse IP[:port] [adresse IP[:port]] ...> ... </VirtualHost>
Contexte:configuration du serveur
Statut:Core
Module:core

Les balises <VirtualHost> et </VirtualHost> permettent de rassembler un groupe de directives qui ne s'appliquent qu'à un serveur virtuel particulier. Toute directive autorisée dans un contexte de serveur virtuel peut être utilisée. Lorsque le serveur reçoit un requête pour un document hébergé par un serveur virtuel particulier, il applique les directives de configuration rassemblées dans la section <VirtualHost>. adresse IP peut être une des entités suivantes, éventuellement suivies d'un caractère ':' et d'un numéro de port (ou *) :

<VirtualHost 10.1.2.3:80>
  ServerAdmin webmaster@host.example.com
  DocumentRoot /www/docs/host.example.com
  ServerName host.example.com
  ErrorLog logs/host.example.com-error_log
  TransferLog logs/host.example.com-access_log
</VirtualHost>

Les adresses IPv6 doivent être entourées de crochets car dans le cas contraire, un éventuel port optionnel ne pourrait pas être déterminé. Voici un exemple de serveur virtuel avec adresse IPv6 :

<VirtualHost [2001:db8::a00:20ff:fea7:ccea]:80>
  ServerAdmin webmaster@host.example.com
  DocumentRoot /www/docs/host.example.com
  ServerName host.example.com
  ErrorLog logs/host.example.com-error_log
  TransferLog logs/host.example.com-access_log
</VirtualHost>

Chaque serveur virtuel doit correspondre à une adresse IP, un port ou un nom d'hôte spécifique ; dans le premier cas, le serveur doit être configuré pour recevoir les paquets IP de plusieurs adresses (si le serveur n'a qu'une interface réseau, on peut utiliser à cet effet la commande ifconfig alias -- si votre système d'exploitation le permet).

Note

L'utilisation de la directive <VirtualHost> n'affecte en rien les adresses IP sur lesquelles Apache httpd est en écoute. Vous devez vous assurer que les adresses des serveurs virtuels sont bien incluses dans la liste des adresses précisées par la directive Listen.

Tout bloc <VirtualHost> doit comporter une directive ServerName. Dans le cas contraire, le serveur virtuel héritera de la valeur de la directive ServerName issue de la configuration du serveur principal.

A l'arrivée d'une requête, le serveur tente de la faire prendre en compte par la section <VirtualHost> qui correspond le mieux en ne se basant que sur la paire adresse IP/port. Les chaînes sans caractères génériques l'emportent sur celles qui en contiennent. Si aucune correspondance du point de vue de l'adresse IP/port n'est trouvée, c'est la configuration du serveur "principal" qui sera utilisée.

Si plusieurs serveurs virtuels correspondent du point de vue de l'adresse IP/port, le serveur sélectionne celui qui correspond le mieux du point de vue du nom d'hôte de la requête. Si aucune correspondance du point de vue du nom d'hôte n'est trouvée, c'est le premier serveur virtuel dont l'adresse IP/port correspond qui sera utilisé. Par voie de conséquence, le premier serveur virtuel comportant une certaine paire adresse IP/port est le serveur virtuel par défaut pour cette paire adresse IP/port.

Sécurité

Voir le document sur les conseils à propos de sécurité pour une description détaillée des raisons pour lesquelles la sécurité de votre serveur pourrait être compromise, si le répertoire contenant les fichiers journaux est inscriptible par tout autre utilisateur que celui qui démarre le serveur.

Voir aussi

top

Warning Directive

Description:Message d'avertissement personnalisable en provenance de l'interprétation du fichier de configuration
Syntaxe:Warning message
Contexte:configuration du serveur, serveur virtuel, répertoire, .htaccess
Statut:Core
Module:core
Compatibilité:Disponible à partir de la version 2.5 du serveur HTTP Apache.

Cette directive permet de signaler la détection d'un problème de configuration en générant un message d'avertissement personnalisable. L'interprétation du fichier de configuration n'est pas interrompue. Un exemple typique d'utilisation est la vérification de la définition de certaines options définies par l'utilisateur, et l'envoi d'un avertissement éventuel.

# Exemple
# signale que ReverseProxy n'est pas défini
<IfDefine !ReverseProxy>
  Warning "le mandataire inverse n'a pas été spécifié, veuillez corriger
  si nécessaire"
</IfDefine>

<IfDefine ReverseProxy>
  # définition de la configuration personnalisée du mandataire
</IfDefine>

Langues Disponibles:  de  |  en  |  es  |  fr  |  ja  |  tr 

top

Commentaires

Notice:
This is not a Q&A section. Comments placed here should be pointed towards suggestions on improving the documentation or server, and may be removed again by our moderators if they are either implemented or considered invalid/off-topic. Questions on how to manage the Apache HTTP Server should be directed at either our IRC channel, #httpd, on Freenode, or sent to our mailing lists.